Photo: Gracieuseté – MIS Pendant près de quatre mois, à raison de 15 heures par semaine, les membres de la première cohorte auront accès à tous les outils nécessaires au développement de leur projet.

Dix projets citoyens visant à répondre à des problématiques sociales et environnementales ont été sélectionnés par la Maison de l’innovation sociale (MIS). Les candidats retenus forment maintenant la première cohorte de l’incubateur civique mis en place par l’organisme. Jusqu’à Noël, ils seront formés et accompagnés de mentors afin de déployer leurs idées à plus grande échelle et d’en faire profiter la société.

L’appel lancé par la MIS en juillet a suscité un engouement auprès des aspirants entrepreneurs. Ils ont été plus de 85 à déposer leur candidature pour avoir l’opportunité de suivre le programme d’accompagnement d’une valeur approximative de 10 000$ offert gratuitement.

À la suite d’un processus de sélection rigoureux, les projets retenus sont de tout ordre, mais ont tous un point commun: il s’agit d’une solution durable et innovante aux enjeux vécus en milieu urbain.

«Il devait avant tout s’agir d’un projet d’innovation sociale, c’était le premier critère. Ensuite, on devait analyser son potentiel d’impact, sa faisabilité et si l’incubateur civique était le bon levier pour le déployer. Nous devions également étudier le profil des porteurs du projet, à savoir s’ils étaient les bonnes personnes pour que l’idée se concrétise», explique un des membres du jury et vice-président du développement social chez Centraide, Mario Régis.

Lui et les six autres membres du jury, en provenance de différents horizons, ont dû trancher parmi 18 projets, à la suite d’une présélection faite par l’équipe de la Maison de l’innovation sociale.

«C’est toujours difficile de choisir parmi plusieurs personnes motivées et enthousiastes de leur projet, mais ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas été choisis que leur idée n’est pas bonne. L’incubateur civique n’est peut-être tout simplement pas le meilleur moyen de la développer», renchérit M. Régis.

Le projet de former une cohorte hétérogène, où tout le monde pourrait contribuer au succès de chacun, a également guidé le choix final.

Cohorte
Alors qu’un des projets présente un générateur de monnaie communautaire et une plateforme d’échange en ligne visant à accroître la participation citoyenne, un autre met de l’avant la conception de petits bals gratuits ouverts à tous dans les ruelles montréalaises afin de favoriser l’inclusion et la diversité culturelle.

D’autres membres de la cohorte proposent plutôt des moyens de se réapproprier l’espace public, avec un projet de stationnement communautaire qui a pour but de changer les perceptions de la population envers la mobilité par exemple ou avec un laboratoire interdisciplinaire qui développe de nouvelles idées pour penser l’espace public.

La nature, l’environnement et la médiation culturelle se trouvent également au cœur d’autres projets sélectionnés.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!