(Photo: Voix Pop - Justine Gravel) Le projet d'écriture est né de l'exposition Histoire et mémoire des gens de mon quartier qui figure de façon permanente dans le parc Saint-Gabriel depuis l'été 2017.

Résultat d’un processus de longue haleine, l’exposition Histoire et mémoire des gens de mon quartier, installée dans le parc Saint-Gabriel depuis plus d’un an, est maintenant couchée sur papier dans le livre du même nom. L’ouvrage, réalisé par des résidents et des membres du Carrefour d’éducation populaire, raconte Pointe-Saint-Charles à travers les yeux des gens qui y ont toujours habité, mais aussi de ceux qui s’y sont récemment installés.

«Au départ, le projet était en réaction à la mouvance dans le quartier, à l’embourgeoisement et la perte des interactions humaines propres à Pointe-Saint-Charles», explique la responsable du secteur alphabétisation du Carrefour, Hélène Deslières, qui porte le projet à bout de bras depuis plus de quatre ans.

Elle souhaitait trouver un moyen de créer le dialogue entre les natifs du quartier et les nouveaux arrivants, tout en impliquant les membres du Carrefour, un organisme qui œuvre dans l’éducation des adultes. Ceux-ci jouaient le rôle de journalistes d’un jour et partaient à la rencontre de gens de tous âges, de nationalités et de milieux différents, afin de représenter la diversité propre à Pointe-Saint-Charles.

Parmi les 23 personnes figurant dans le livre se trouve Jean-Claude Fleury, qui a passé sa vie entière dans ce secteur du Sud-Ouest. «J’ai surtout parlé de ma vie professionnelle. J’ai été boucher pendant 36 ans, ce qui m’a permis de rencontrer plein de gens et de voir des familles grandir», raconte l’homme de 73 ans, pour qui le quartier n’a plus de secret.

Ce dernier a par la suite fait du bénévolat pour la clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles, en livrant des repas à domicile aux personnes à mobilité réduite.

«On peut dire qu’il connaît sa Pointe», renchérit Camilla Turcotte, qui a joué la journaliste le temps d’une journée. «L’idée d’interviewer des gens m’a tout de suite intéressée. J’ai aimé aller à leur rencontrer et connaître leur vécu et ceux de leurs parents. C’était tellement intéressant d’entendre 100 ans d’histoire», dit celle qui fréquente le Carrefour depuis huit ans.


Alphabétisation
Le projet Histoire et mémoire des gens de mon quartier avait également une mission académique puisqu’il impliquait des participants au programme d’alphabétisation populaire du Carrefour.

L’une des participantes, Marie Lalonde, a particulièrement apprécié son expérience. «J’avais une feuille avec les questions au début et j’étais très nerveuse. Mais, j’ai rapidement pris confiance en moi et je n’utilisais plus mes notes, dit la femme de 67 ans, qui fréquente le Carrefour depuis 10 ans. J’aimerais beaucoup le refaire.»

Pendant les ateliers éducatifs, l’animatrice Marcella Braggio l’aidait à déterminer les questions qu’elles souhaitaient poser aux protagonistes choisis. Elle a aussi suivi une courte formation avec l’animatrice du Carrefour Nola Golic, au même titre que les 12 autres journalistes, dont les portraits figurent à la fin du livre.

«C’est Nora qui trouvait les personnes que l’on devait interroger, indique une autre participante au programme, Marie-Josée Roy. J’ai eu la chance d’enregistrer dans une église polonaise, c’était intéressant de connaître cette culture.»

L’ouvrage de 150 pages présente d’ailleurs des extraits d’entrevues qui ne figurent pas dans l’exposition du parc Saint-Gabriel, lesquels sont rassemblés en différents thèmes, comme l’habitation, la vie de quartier ou l’éducation.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!