Lors du conseil d’arrondissement de mardi soir, le dernier de Claude Trudel, l’on s’attendait à se retrouver au beau milieu d’une chicane de famille avec des réparties acrimonieuses de part et d’autre de l’enceinte du conseil d’arrondissement. En fait, les échanges ont plutôt pris l’allure d’une soirée d’adieux à un collègue qui prend sa retraite.

En démissionnant du parti Union Montréal, mardi, les conseillères Andrée Champoux et Ann Guy ont scellé le triste destin d’un parti dont un seul conseiller, Paul Beaupré, est resté membre.

Après onze ans comme membre du conseil, dont sept comme maire de l’arrondissement de Verdun, Claude Trudel tire sa révérence en invoquant, d’abord et avant tout, une question de valeurs.

À la période des questions, des citoyens ont rendu hommage au maire et à toutes ces années d’échanges parfois costauds au rythme des dossiers en cause. Bonne retraite, bon golf, lui a-t-on dit, mais qui va s’occuper du dossier de l’école de L’Île-des-Soeurs, des terrains de CKVL, de l’absence de restaurant à l’aréna, des problèmes de stationnement près des stations de métro et des vignettes qu’on dit trop chères?

L’adoption des diverses résolutions à l’ordre du jour a vite démontré que le consensus n’était pas au rendez-vous, même si cinq des six conseillers siègent désormais comme indépendants. La proposition du conseiller Savard de restreindre la hausse de taxes, en puisant 500 000$ dans la réserve, a été battue.

La greffière a pris les choses en main

La démission de Claude Trudel en tant que maire de l’arrondissement de Verdun, a pris effet avec la levée de l’assemblée du conseil, mardi soir 4 décembre. Officiellement, c’est la mairesse ou le maire suppléant qui prend le relais, en l’occurrence la conseillère Ginette Marotte qui assumera temporairement les pouvoirs de premier magistrat de Verdun.

Dans les prochains jours, les membres du conseil doivent choisir un des leurs comme maire par intérim jusqu’à l’élection générale du 3 novembre 2013. Louise Hébert, greffière de l’arrondissement, qui a 30 jours pour régler cette question, est responsable de l’application de cette procédure qu’elle a expliquée plus en détails aux membres du conseil après l’assemblée.

Dans l’hypothèse où deux conseillers poseraient leur candidature au poste de maire, les membres du conseil devront voter, selon la greffière, qui a comparé la procédure à celle appliquée pour le choix du maire de Montréal, récemment.

Si un seul candidat est proposé, il n’y aura pas d’élection. «Les conseillers de ville et les conseillers d’arrondissement sont également éligibles au poste de maire», a précisé Louise Hébert, qui estime pouvoir informer la population des résultats, dès lundi prochain.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!