Thomas Mulcair pointe du doigt une adjointe postée dans un coin du resto. «Grace a tout ce qu’il faut pour vendre des cartes de membres», lance-t-il d’entrée de jeu aux militants venus le rencontrer au Bistro Monk. C’est sans détour qu’il a identifié l’un de ses principaux défis dans la course à la direction du Nouveau Parti démocratique: augmenter le nombre de membres susceptibles de voter pour lui.

Le prochain chef du NPD sera élu par tous les membres du parti le 24 mars prochain. Un membre un vote. «On a une pente à remonter, côté membership», n’a pas caché M. Mulcair, l’un des neuf candidats à la direction. Avant l’élection du 2 mai dernier, le NPD comptait 1695 membres au Québec. Ils sont aujourd’hui autour de 7000, a indiqué le député d’Outremont, qui était de passage dans Émard le 15 décembre. Dans la circonscription de LaSalle-Émard, on en dénombre 239, dix fois plus qu’avant le scrutin. L’enjeu est de taille pour Thomas Mulcair, dont on pressent que c’est au Québec qu’il risque d’obtenir l’appui le plus solide. Accompagné de la députée de LaSalle-Émard, Hélène LeBlanc, qui en a fait son choix comme futur chef du parti, le candidat a prononcé une allocution et s’est livré à une période de questions et d’échange avec les militants venus l’entendre. Il a notamment été question de la place des jeunes dans la société – des jeunes qui ont été invités par M. Mulcair à investir massivement la sphère politique pour changer les choses, améliorer la société. C’est le «respect pour les générations futures qui m’a amené dans cette course», a-t-il souligné. Thomas Mulcair a aussi été pressé de préciser la position du parti dans différents dossiers incluant l’exportation d’amiante, un commerce auquel s’oppose le NPD. On a également parlé d’environnement, l’occasion pour le candidat de critiquer le gouvernement Harper qui, a-t-il déploré, met «tous ses œufs dans le panier des sables bitumineux».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!