Sophie Thiébaut

Le jeudi 16 février dernier s’est terminée la première phase d’audition des points de vue sur l’avenir de Griffintown, un quartier à deux pas du centre-ville de Montréal auprès de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

Plus de 17 projets ont déjà été validés ou sont en cours de l’être (représentant déjà plus de 8000 logements) et ce, malgré cet exercice de planification qui ne se met en place qu’actuellement. D’autres secteurs d’importance comme Le Nordelec, au nord de Pointe-Saint-Charles, le quartier Bonaventure, le square Chaboillez à l’emplacement actuel du Planétarium ou les abords du canal de Lachine ont déjà été étudiés sans qu’aucune planification globale ne fasse le lien avec l’ensemble de ces efforts de développement qui pourtant se touchent les uns aux autres.

Une réincarnation de Griffintown est possible, mais seulement si on s’en donne les moyens. Pour ce faire, l’intervention de la Ville et de l’arrondissement sera nécessaire. Il faudra rapidement:

- imposer un moratoire aux dérogations à la pièce (sites de la Sonoco ou de Carpet Art déco en cours actuellement par exemple);

- investir massivement dans l’achat de terrains, l’aménagement du domaine public et le financement du transport collectif;

- consolider la réglementation afin d’encadrer les projets privés sans dérogations selon le cadre de développement qui aura émané des consultations actuelles et de l’opinion publique.

Vision et mesures concrètes

Au-delà de principes galvaudés, Projet Montréal propose une vision et des mesures concrètes pour le développement de ce secteur.

Tout d’abord, nous proposons de penser la planification à une échelle plus large que le quartier Griffintown en incluant le nord de Pointe-Saint-Charles et l’ouest de l’arrondissement Ville-Marie. Consultez la maquette interactive pour vous confronter avec la réalité des projets en cours mais aussi pour rêver au potentiel de développement d’un Griffintown élargi selon Projet Montréal: http://www.projetmontreal.org/article/172

Parce qu’il ne s’agit pas d’entasser les gens dans ce quartier mais bien d’y créer une communauté, nous proposons de:

 

1- Faire respirer le quartier:

- par une halte à l’hyper densification actuelle en réduisant à partir de dorénavant la hauteur des futurs bâtiments. Avec 4 à 5 étages maximum, il est possible de densifier aux abords du centre-ville tout en conservant un quartier à l’échelle humaine. En guise de comparaison, le Plateau-Mont-Royal, qui possède des bâtiments de 2 à 3 étages, est le 3e en importance en terme de densité dans toute l’Amérique du Nord;

- par une trame verte le long de la rue Ottawa et l’ajout de 10 hectares de parcs à ceux déjà existants (square à terrasses, parc de jeux pour enfants, rambla sur l’actuelle autoroute Bonaventure, etc.);

- par une réduction de l’utilisation de l’automobile au profit des transports collectif et actif (réseau de tramways dont celui tant attendu sur Peel, réseau de pistes cyclables, norme générale de 6 stationnements maximum pour 10 logements, déplacements depuis la Rive-Sud sur le futur boulevard Bonaventure). A terme, 80% des déplacements dans le quartier se feraient par le biais des transports collectif et actif (plan de circulation à étudier sur le site de Projet Montréal).

 

2- Offrir un réel milieu de vie accueillant pour les familles:

- en ajoutant une école à l’est de l’actuelle autoroute Bonaventure à celle déjà existante dans le quartier de La Petite-Bourgogne;

- en sécurisant les rues, en élargissant des trottoirs bordés d’arbres, en faisant de la rue Ottawa une rue exclusivement piétonne pour permettre aux citoyens de circuler aisément d’un parc à un autre;

- en investissant dans des installations de jeux et de sport (soccer, patinoire, jeux d’eau).

 

3- Casser le dos à la spéculation:

- en utilisant les droits d’expropriation de la Ville afin de racheter tous les lots encore disponibles à leur prix actuel de zonage industriel;

- en augmentant le nombre de logements social et communautaire en appliquant la stratégie d’inclusion sur tout projet à partir de 20 logements (tel que proposé maintenant par la nouvelle Loi sur l’aménagement urbain).

 

4- Créer une identité et une vie de quartier:

- par la promotion des espaces publics et du corridor culturel de la rue Ottawa, de ses bâtiments patrimoniaux et des organisations de citoyens qui y oeuvrent comme la colonne vertébrale de la vie sociale et la base de la future cohésion de Griffintown.

 

Nous avons le devoir, en tant qu’élus, citoyens et groupes d’intérêts, de nous assurer que cet exercice de planification permettra de préserver la richesse du patrimoine, la cohésion sociale et l’échelle humaine du quartier et de ses environs.

Sophie Thiébaut Conseillère d’arrondissement de Saint-Henri, La Petite-Bourgogne, Griffintown et Pointe-Saint-Charles Projet Montréal

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus