(Photo courtoisie) Plusieurs marcheurs ont pris part à la Randonnée de l’espoir organisée par Cancer de l’ovaire Canada en souvenir d'une fille, s'une sœur, d'une épouse, d'une mère ayant succombé à la maladie.

Femmes, hommes, adultes, enfants: plusieurs centaines de marcheurs ont pris part, le 9 septembre, à la Randonnée de l’espoir organisée par Cancer de l’ovaire Canada, la seule organisation au pays qui se voue entièrement à la lutte contre ce type de cancer.

La marche s’est déroulée dans 47 villes à travers le Canada. À Montréal, elle avait lieu au parc Angrignon.

Il s’agit de la principale activité au pays visant à récolter des fonds canalisés exclusivement vers la lutte contre le cancer de l’ovaire, le cancer féminin le plus mortel. L’argent recueilli est investi dans les programmes de recherche, de sensibilisation et de soutien.

Porte-parole scientifique de l’événement avec la docteur Susie Lau, la docteur Valérie Garneau a souligné que cette année, 2600 femmes recevront ce diagnostic. La Dr Lau a insisté sur les efforts à déployer pour mettre au point un test de dépistage précoce fiable, ce dont la médecine ne dispose pas pour le moment.

Marraine de la randonnée à Montréal, l’ex-députée provinciale Michèle Lamquin-Ethier, une survivante du cancer de l’ovaire, a rappelé que la maladie présente des symptômes très diffus qui font que les femmes tardent à voir leur médecin. Quand elles le font, la maladie en est souvent à un stade trop avancé. Mme Lamquin-Ethier, diagnostiquée en 2000, a insisté sur l’importance de consulter.

Paule Primeau, également une survivante, a lu une lettre émouvante de Fabiola Rojas, laquelle a perdu son combat contre le cancer quelques jours avant la marche. «Il faut épauler les médecins. Les aider à aller plus loin», a écrit Mme Rojas qui, dans son texte, compare à une fleur la recherche qu’il faut soutenir pour en arriver à la mise au point d’un test de dépistage. «Il faut l’arroser pour qu’elle demeure vivante», a-t-elle plaidé. «Surtout, ne perdez pas espoir», a-t-elle tenu à dire aux participants à la randonnée. «Avec vous, tout est possible.»

«Il est inacceptable que nous perdions tant de femmes courageuses et remarquables. C’est à elles que nous dédions cette journée», a pour sa part lancé la directrice régionale pour le Québec de Cancer de l’ovaire Canada, Monique Beaupré-Lazure. «Quand nous marchons pour Cancer de l’ovaire Canada, nous marchons pour la vie», a-t-elle rappelé.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!