Après le printemps chaud que nous venons de connaître, les rumeurs d’élections générales vont bon train, chaque formation politique préparant leurs équipes respectives à cette perspective.

À titre de citoyen de Saint-Henri¬–Sainte-Anne, je serai probablement bientôt appelé à accorder ma confiance à l’un des candidats pour représenter mes intérêts à l’Assemblée nationale du Québec. Au delà des considérations partisanes et des programmes politiques propres à chaque parti, je m’attends surtout à ce que cette personne arrive à représenter tous ses commettants, à parler en leur nom et à travailler dignement avec chacun d’entre eux.

Or si quelque chose nous rassemble à titre de Québécois et de Québécoise c’est bien notre drapeau national. Il est le symbole de notre identité et le voir flotter nous rend tous fiers d’appartenir à cette nation. Le drapeau du Québec nous appartient à tous. Que nous soyons fédéralistes ou souverainistes, ce symbole s’élève au-dessus de ces lignes partisanes et aucune sensibilité politique ne peut légitimement revendiquer un plus grand attachement à cet emblème.

Quelle fut donc ma consternation en voyant sur la page Facebook de la candidate du Parti québécois, Anne-Marie D’Amours, une photo représentant plusieurs drapeaux québécois flanqués du désormais connu carré rouge… Mme D’Amours, j’écris ici pour vous faire une petite mise en garde, avec tout le respect que j’ai pour les individus qui comme vous s’engagent dans l’arène politique: vous avez beau soutenir une cause, arborer un symbole qui veut en dire beaucoup plus que ce que ne laisse sous-entendre votre chef mais de grâce ne venez pas l’apposer sur le drapeau national qui m’appartient autant qu’à vous. Dois-je en conclure que si je ne partage pas les valeurs véhiculées par ce petit tissu rouge, je n’ai pas de place dans votre Québec?

Malgré nos divergences politiques, c’est sous ce drapeau que vous et moi pouvons nous rassembler et porter ensemble la fierté d’être Québécois. Quand on aspire à servir l’État, il faut à certains moments s’élever au-dessus de la partisannerie. Carré rouge ou carré vert, fédéraliste ou souverainiste … À titre de députée – si vous êtes élue – vous devrez servir l’ensemble des résidants de votre circonscription. J’espère madame que vous en prendrez bonne note et que ce petit écart ne sera pas symptomatique de votre campagne à venir car ce n’est certainement pas ainsi que vous obtiendrez ma confiance ni celle de plusieurs autres concitoyens.

Olivier Girardeau,
Étudiant à l’Université de Montréal et résidant de Saint-Henri–Sainte-Anne

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus