Archives TC Media Le chef de Coalition Montréal, Benoit Dorais.

Dans la foulée de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve qui veut fermer la porte à l’enseignement religieux dans les centres communautaires, le maire du Sud-Ouest et chef de Coalition Montréal, Benoit Dorais, a annoncé qu’il déposera lors de la séance du conseil de mardi une motion en vue de modifier le règlement municipal.

Cette motion constitue une première étape. «Un projet de règlement sera présenté à une séance ultérieure», précise-t-il.

Lundi, Benoit Dorais expliquait que l’arrondissement n’avait pas l’intention d’agir aussi rapidement que celui de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, où le processus réglementaire a été enclenché afin de modifier la réglementation municipale et exclure l’enseignement religieux des activités pouvant être pratiquées dans les centres communautaires.

Rappelons que lundi matin, au cours d’une séance extraordinaire du conseil, les élus de l’arrondissement de l’est de l’île ont décidé de bloquer la voie à l’implantation d’un centre communautaire islamique de l’imam Hamza Chaoui qualifié d’«agent de radicalisation» par le maire Denis Coderre. Voulant mieux définir les activités pouvant être pratiquées dans un centre communautaire, ils ont donné un avis de motion et adopté un projet de règlement modifiant le règlement d’urbanisme. Il s’agit, précise le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, «d’exclure toute référence à l’enseignement de la religion».

«Notre motivation est essentiellement d’ordre de la sécurité publique», insiste-t-il.

Le Sud-Ouest compte être «proactif» dans ce dossier, indique le maire Dorais. La motion constitue la première pierre. «Nous aurons plusieurs mois pour écrire ce règlement», dit-il. D’autant que dans le Sud-Ouest, «on n’a pas de telle demande [de centre communautaire]», précise-t-il.

Collaboration
«Nous pourrons collaborer avec Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et nous inspirer de ce qu’ils auront fait ou devront modifier dans leur projet de règlement déposé en même temps que leur avis de motion», mentionne Benoit Dorais.

L’arrondissement a le pouvoir de réglementer les activités autorisées dans les centres communautaires, soutient Réal Ménard. Pour les activités religieuses, il y a les lieux de culte, rappelle le maire. «Un individu qui veut professer sa foi dans un lieu de culte, nous respectons ça.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!