Photo TC Media – Archives L'agrile du frêne a fait son apparition dans le quartier Saint-Henri.

Si l’agrile du frêne a longtemps épargné l’arrondissement du Sud-Ouest, un second foyer d’infestation a été découvert. Il est situé dans le quartier Saint-Henri. Vendredi, on procédera à l’abattage de cinq arbres.

Les frênes attaqués par l’insecte sont situés près de l’angle des rues Saint-Jacques et du Couvent. Il y en a deux près du parc de la Ferme-Brodie et trois le long de Saint-Jacques, entre les rues du Couvent et Agnès.

«On procédera à l’essouchage au printemps», indique le porte-parole de l’arrondissement, Thierry Larrivée. Des arbres d’autres essences seront plantés pour les remplacer. Les frênes situés dans cette zone seront traités au biopesticide.

Quant au degré d’infestation, «on aura une image plus claire au printemps», mentionne M. Larrivée.

«L’été dernier, lorsque nous avons adopté notre plan d’action, nous savions que la question n’était plus de savoir si l’infestation toucherait le Sud-Ouest, mais bien quand celle-ci surviendrait», mentionne le maire de l’arrondissement, Benoit Dorais.

En octobre dernier, un premier frêne attaqué par l’agrile avait été découvert dans le parc Angrignon.

L’abattage se fait en hiver, avant le 31 mars, alors que l’agrile est en dormance. Ça diminue les risques de propagation.

130 arbres coupés
Dans le cadre de son plan de lutte contre l’agrile, l’arrondissement a procédé depuis l’été dernier à l’abattage de 130 frênes.

Il s’agit d’une coupe préventive. On ne parle pas de frênes infestés mais d’arbres en moins bonne santé qui pourraient être plus vulnérables et favoriser la propagation.

«On a surtout agi dans le secteur Saint-Paul–Émard», précise Thierry Larrivée. C’est dans les quartiers Émard et Côte-Saint-Paul que l’on en retrouve le plus sur le domaine public. Ils représentent près de 60% de tous les frênes de l’arrondissement, qui en compte environ 5500.

Dans Saint-Henri, on trouve un peu moins de 600 frênes sur le domaine public.

L’arrondissement a adopté en juin dernier un plan de lutte contre l’agrile sur le domaine public doté d’un budget de 1,4 M$. Ce plan inclut les activités de dépistage, le traitement au biopesticide, l’abattage et la plantation.

«Notre objectif à moyen terme est de protéger 75% des frênes publics», rappelle Benoit Dorais.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!