Archives TC Media Le MTQ a exproprié l'immeuble situé au 780, Saint-Rémi dans le cadre de la reconstruction de l'échangeur Turcot.

Les élus de Montréal ont autorisé lors du conseil municipal du 28 avril l’octroi d’une somme maximale de 1,6 M$ pour un projet d’habitation sociale de 103 logements sur la rue Ottawa, dans Griffintown.

Ce projet de 14,5 M$ est financé par le ministère des Transports du Québec (MTQ), qui s’est engagé à remplacer les logements de l’immeuble situé au 780, Saint-Rémi exproprié par Québec dans le cadre de la reconstruction de l’échangeur Turcot. Le bâtiment situé dans Saint-Henri comptait 98 lofts.

L’organisme à but non lucratif Habitation 21 pilote le projet incluant 60 à 70 logements pour des familles.

Ce projet inscrit à l’intérieur du programme AccèsLogis a fait l’objet d’une entente entre le MTQ et la Ville de Montréal. Le MTQ assume le coût total.

La Société d’habitation du Québec (SHQ) a toutefois demandé que la Ville s’engage à absorber les coûts dans l’éventualité où la facture excéderait le budget prévu par le MTQ. Le montant de 1,6 M$ constitue un coussin qui serait utilisé en cas d’un dépassement de coûts. La SHQ n’acceptait pas de poursuivre le développement du projet sans cet engagement.

«Le gouvernement demande cette garantie. Mais on pense que le montant de 14,5 M$ sera suffisant», indique Jean-François Gilker, coordonnateur de l’équipe de développement du groupe de ressources techniques Bâtir son quartier, qui appuie Habitation 21 dans ce projet. La Ville pourrait donc ne jamais avoir à verser le montant.

«L’enveloppe de 14,5 M$ prévoit déjà une marge pour les imprévus», note M. Gilker. Le montant pour faire face à des dépassements de coûts est de 1,65 M$.

«Nous sommes bien contents que la Ville accepte de donner cette garantie au gouvernement, confie le coordonnateur. On espère que ce sera la dernière pièce du puzzle.»

Selon le calendrier, Habitation 21 prévoit aller en appel d’offres l’automne prochain. L’organisme souhaite commencer la construction au printemps 2016.

Habituellement, lors d’un projet du programme AccèsLogis, Québec demande que le milieu contribue au financement à hauteur de 15%. Dans ce cas précis, le gouvernement assume également ce 15%.

Priorité aux expropriés
«On offre en priorité les appartements aux personnes qui habitaient au 780, Saint-Rémi», explique la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Marguerite Blais.

Elle précise que le nouvel immeuble comptera 20 lofts, un type de logement qui avait été demandé par les locataires victimes de l’expropriation.

Dans un communiqué de presse, le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, salue cet appui de l’administration Coderre au projet. «Je me réjouis que la Ville avance ces fonds pour assurer la réalisation du projet», dit-il, déplorant que le gouvernement du Québec n’ait pas assumé l’entièreté des coûts. «Le ministère des Transports du Québec aurait dû prendre ses responsabilités et financer l’ensemble du projet de remplacement des logements», soutient-il.

«Ce n’est pas le MTQ qui est en train de se déresponsabiliser», affirme Marguerite Blais, précisant que la marge de sécurité de 1,6 M$ accordée par la Ville pourrait ne jamais servir.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!