Hugo Lorini / TC Media Quatre projets de mise à niveau des voies cyclables sont prévus en 2015-2016 dans le Sud-Ouest.

Il n’y a pas eu d’ajout de pistes cyclables dans l’arrondissement du Sud-Ouest l’an dernier, et il n’y en aura pas en 2015-2016. Pas un seul kilomètre supplémentaire n’est prévu au plan de développement du réseau présenté vendredi par la Ville de Montréal malgré les besoins exprimés par l’administration Dorais.

Pour l’arrondissement, les choses se limitent à quatre projets de mise à niveau des voies cyclables dans les secteurs des rues Grand-Trunk, Wellington et Rose-de-Lima et du boulevard de la Vérendrye.

Le plan 2015-2016 prévoit l’aménagement de 50 kilomètres de pistes. Des investissements de 12,5 M$ permettront la réalisation de 52 projets de développement et 20 projets de mises à niveau réalisés dans 12 arrondissements et deux villes liées.

«C’est très décevant, on a fait des requêtes à la Ville, laisse tomber le conseiller municipal Craig Sauvé. Le Sud-Ouest est vraiment oublié.»

En ce qui concerne la rue Grand-Trunk, des saillies visant à rétrécir la rue et à rendre la piste plus sécuritaire seront aménagées aux intersections D’Argenson/Saint-Charles et Grand-Trunk/Ropery.

Même chose pour la piste sur Rose-de-Lima où elle croise l’avenue Lionel-Groulx.

Dans le secteur de la Vérendrye, il y aura construction d’une passerelle pour relier les voies du canal Lachine à celle du canal de l’aqueduc.

Les besoins sont là
L’arrondissement a fait part à plusieurs reprises de la nécessité d’ajouter de nouveaux liens, particulièrement dans l’axe nord-sud. Le Sud-Ouest réclame des pistes sur Peel, de la Montagne et Guy entre Griffintown et le boulevard de Maisonneuve.

«Le besoin pour des projets structurants est là, insiste Craig Sauvé, porte-parole de Projet Montréal en matière de transports. Griffintown attend des liens. On attend des liens nord-sud pour relier le centre-ville. On va se battre pour d’autres liens.»

Sans commenter la situation précise dans le Sud-Ouest, Marc Jolicoeur, directeur de la recherche chez Vélo Québec, ne cache pas que l’organisme souhaite que l’ajout de pistes s’accélère. «On aimerait que les projets structurants se réalisent un peu plus rapidement», lâche-t-il, tout en étant conscient que la Ville fait notamment face à des contraintes budgétaires.

«On pense que le vélo est la voie de l’avenir si on veut se sortir de la congestion, soutient M. Jolicoeur. Ce ne sera pas avec l’automobile mais avec plus de transport collectif, plus de vélos, plus de déplacements à pied.»

Le Sud-Ouest compte présentement 29,3 kilomètres de voies cyclables.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!