Archives TC Media Le budget du comité de quartier, qui sera aboli, permet à des élèves des écoles secondaires de prendre part au programme Classes Affaires.

Les activités sportives après les classes au primaire et le programme de stage en entreprise effectué par des élèves du secondaire risquent de disparaître dans le Sud-Ouest avec l’abolition des budgets des comités de quartier et du budget discrétionnaire des commissaires que votera la Commission scolaire de Montréal (CSDM), le 7 juillet.

Le budget du comité de quartier se chiffre cette année à 85 499$ pour le Sud-Ouest. Sa disparition «met des projets en péril», déplore la commissaire scolaire de la circonscription Sud-Ouest, Violaine Cousineau.

Au primaire, l’argent sert essentiellement à l’organisation d’activités sportives parascolaires.

Au secondaire, il permet à des élèves de prendre part au programme Classes Affaires de l’organisme Montréal Relève. Ils ont l’occasion de préciser leur choix de carrière en découvrant un métier en lien avec leurs intérêts pendant un stage d’exploration en entreprise.

Cet été, 60 élèves de secondaire 3 et 4 des écoles Honoré-Mercier et Saint-Henri effectueront un stage, indique Laurie Vesco, porte-parole de Montréal Relève. Les deux établissements bénéficient cette année d’une enveloppe totale de 14 600$. L’école Saint-Henri participe au programme depuis 13 ans alors qu’Honoré-Mercier en est à une 8e participation.

Reste à voir si les écoles décideront l’an prochain de maintenir leur adhésion à Classes Affaires en puisant à même leurs ressources financières.

Quant au budget discrétionnaire de la commissaire, qui s’élève à 20 000$, il est entièrement versé aux organismes de participation des parents et aux conseils d’établissement pour l’organisation d’activités destinées aux enfants.

L’école mise à mal
Ces coupures budgétaires, «ça fait mal au cœur», lance Violaine Cousineau.

Pour elle, «ce n’est pas seulement une question d’argent. C’est une vision de l’école qui est mise à mal».

Avec le comité de quartier regroupant la commissaire scolaire, les directions d’écoles, les parents des conseils d’établissement et des représentants d’organismes, l’école met de l’avant une approche communautaire, souligne-t-elle.

Privé de fonds, ce comité devrait continuer d’exister. «Ça va rester comme une instance de concertation», explique Violaine Cousineau.

Mais étant donné qu’ils sont «fortement portés par les commissaires», elle se demande ce qui leur arrivera puisque le ministre de l’Éducation, François Blais, a l’intention d’abolir les élections scolaires dans leur forme actuelle. «Est-ce que ça survivra à la disparition des élus scolaires? Ce sera à voir», indique Mme Cousineau.

La CSDM, qui prévoit revenir à l’équilibre budgétaire à la fin de 2016-2017, effectuera des compressions budgétaires de 41 M$ au cours des deux prochaines années.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!