Image indissociable du mouvement d’opposition au projet de reconstruction de l’échangeur Turcot, l’immeuble situé au 780, Saint-Rémi, dans Saint-Henri, sera démoli à compter du 23 juillet.

Les travaux de démantèlement du bâtiment effectué par le consortium KPH Turcot devraient se poursuivre jusqu’en octobre.

Le tracé du futur complexe autoroutier a nécessité l’expropriation de quatre immeubles résidentiels, dont le 780, Saint-Rémi qui compte 98 lofts.

«Considérant qu’un autre Turcot était possible, il est déplorable qu’en 2010, on ait fait le choix de sacrifier une communauté, le 780 Saint-Rémi, pour du béton et des automobiles», commente Patricia Viannay, organisatrice au POPIR-Comité Logement.

Dès le départ, les locataires victimes de l’expropriation se sont opposés à leur éviction. Le POPIR a mené la lutte à leurs côtés.

Les derniers locataires ont quitté il y a un an le bâtiment construit en 1922 par l’Imperial Tobacco Company of Canada.

Une perte pour Saint-Henri
«Même si une centaine de logements seront éventuellement reconstruits, on ne pourra jamais panser totalement les plaies du Village des Tanneries qui a perdu 100 voisins et une partie de son essence», estime Mme Viannay.

Elle n’est pas tendre envers le gouvernement du Québec dans le dossier de l’expropriation du 780, Saint-Rémi. «Le bâtiment sera démoli, mais les logements promis ne seront toujours pas reconstruits, déplore Mme Viannay. La population de Saint-Henri n’a jamais été une priorité pour le ministère des Transports.»

Le gouvernement du Québec s’est engagé à remplacer les logements de l’immeuble avec un projet d’habitation sociale de 103 logements qui verra le jour sur la rue Ottawa, dans Griffintown.

La construction de ce projet de 14,5 M$ financé par le ministère des Transports devrait commencer au printemps 2016.

La priorité aux logements sera donnée aux personnes qui habitaient dans l’immeuble de la rue Saint-Rémi.

Recyclage des matériaux
Les équipes de démolition seront à l’œuvre du lundi au vendredi de 7h à 19h. Certains travaux pourraient exceptionnellement avoir lieu la fin de semaine.

Il y aura des mesures d’atténuation pour limiter les inconvénients causés aux résidents qui habitent à proximité. Pour la démolition extérieure, les ouvriers utiliseront des cisailles plutôt que des marteaux hydrauliques.

Les matériaux seront presque totalement réutilisés dans le projet de reconstruction de l’échangeur. «L’objectif est que 80% des matériaux soient recyclés», a indiqué David Maréchal, directeur qualité et environnement pour le projet chez KPH Turcot, lors du comité de bon voisinage tenu le 8 juillet.

Le démantèlement du bâtiment ne nécessitera aucune entrave sur le réseau routier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!