Alexandre Pouliot-Roberge / Collaboration spéciale Oliver Paczkowski évolue pour le KS Cracovia en Pologne.

Jouer au hockey en Europe est souvent synonyme de retraite dans l’esprit des Québécois. Dans le cas d’Oliver Paczkowski, c’est tout le contraire. Le jeune homme de 21 ans s’est envolé pour Cracovie dans le but de réaliser son rêve de jouer pour l’équipe nationale polonaise.

Oliver joue en ce moment pour le KS Cracovia. Fondé en 1923, le club a remporté le championnat polonais à 10 occasions.

La ligue de hockey polonaise n’est pas réputée pour avoir un calibre très élevé, mais Oliver n’a pas seulement choisi Cracovie pour le hockey.

«Le championnat polonais, c’est loin de la LNH. Le jeu n’est pas aussi rapide. Ça ne m’empêche pas d’avoir du plaisir à jouer ici», confie le hockeyeur.

Il confesse son amour pour Cracovie. «C’est mon deuxième chez moi. J’adore cette ville, lance-t-il. J’ai beaucoup de membres de ma famille en Pologne. Ils viennent me visiter ici.»

Toujours inscrit au CÉGEP, Oliver a la chance de poursuivre ses études par correspondance.

100% polonais
Oliver Paczkowski possède la nationalité polonaise et canadienne. Mais toute ma famille est polonaise.

«Je suis né à Montréal et je me sens comme un Montréalais, mais je suis 100% polonais. Mes parents ont déménagé au Québec pour trouver de l’emploi, mais ils n’ont jamais renié leur patrie», précise-t-il.

Il aimerait défendre les couleurs de la Pologne lors des compétitions internationales. «Aux yeux de la IIHF, je suis enregistré comme Canadien. Je suis prêt à changer ma nationalité sportive pour être éligible au sein de l’équipe nationale polonaise», assure-t-il.

Trouver sa place
Le hockey demeure un aspect très important dans la vie d’Oliver. En Pologne, il s’est trouvé une place pour poursuivre sa jeune carrière.

«Je n’ai jamais reçu d’offre dans la LHJMQ. J’ai seulement joué dans le Midget AA. J’ai eu quelques invitations dans la Midget AAA, mais j’ai toujours été retranché», relate le joueur.

Il explique avoir réussi à se tailler une place dans la ligue junior des moins de 20 ans en Slovaquie. «J’y ai beaucoup progressé. Je refuse de baisser les bras. Je suis convaincu que je peux avoir une belle carrière dans le hockey», souligne-t-il.

La marche entre la ligue junior de Slovaquie et le hockey sénior polonais demeure haute. Au sein de la ligue, la moyenne d’âge est tout de même élevée. Fort de ses 182 centimètres, Oliver est capable de tenir tête à ses adversaires, mais les entraîneurs ne lui donnent pas beaucoup de temps de glace. Il n’a joué que 23 joutes cette saison. Il y a marqué un but et amassé deux aides pour produire trois points.

«Je joue sur la quatrième ligne. Je dois réellement faire mes preuves si je veux jouer plus souvent», reconnaît-il.

Malgré le peu de temps de glace qui lui est alloué, Oliver juge que sa présence dans cette ligue demeure formatrice. «J’apprends beaucoup de choses grâce à notre bonne équipe d’entraîneurs. L’important c’est de travailler très fort et j’aurai ma chance, avance-t-il avec confiance. Je suis convaincu que je pourrai jouer dans un calibre plus élevé dans le futur. Il s’agit d’être persévérant.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!