TC Media/Isabelle Bergeron Chauffeur de la STM depuis septembre, Michel Robertson profite des fêtes ou des occasions spéciales pour distribuer des friandises aux usagers de ses lignes d'autobus afin de mettre un peu de soleil dans leur journée.

Recevoir un cadeau fait toujours plaisir. Quand c’est le chauffeur d’autobus que vous croisez tous les jours qui vous l’offre, ça ne peut faire autrement qu’égayer le trajet, surtout quand c’est du chocolat à l’approche de Pâques.

Le sourire aux lèvres, c’est avec un grand bol rempli de petits œufs multicolores que Michel Robertson accueille ses passagers. «Ça fait du bien après une grosse journée», lance Olivia Barker, une étudiante en fin de session.

L’idée lui est venue alors qu’il assurait le service de transport adapté sur la Rive-Sud de Montréal.

«Ça met une bonne ambiance dans mon autobus. Ça rend les gens autour de moi heureux et, quand tu transmets de la bonne énergie aux gens, ça te revient. Ça m’apporte une meilleure journée à moi aussi», indique le jeune homme de 28 ans, qui a aussi une formation de paramédic.

Chauffeur à la Société de transport de Montréal (STM) seulement depuis septembre, il se fait reconnaître dans la rue grâce à sa générosité.

«En allant me chercher un café l’autre jour, l’employé a insisté pour me l’offrir. Il se souvenait avoir déjà reçu une friandise sur mon trajet à la Saint-Valentin», raconte M. Robertson.

D’autres, heureux de l’avoir croisé une première fois, souhaitent avoir la chance de le retrouver régulièrement comme chauffeur.

Initiative saluée
Les gens sont d’abord surpris en entrant dans l’autobus. Mais rien de mieux qu’un chocolat pour se débarrasser, l’espace d’un instant, de ses tracas quotidien.

«C’est réconfortant. Ça nous fait oublier qu’on a attendu longtemps l’autobus», indique une utilisatrice.

Ce simple geste aide aussi à redorer l’image des transports en commun. «Les conducteurs ne sont pas assez appréciés pour ce qu’ils font. Ils doivent conjuguer avec les travaux ou encore les tempêtes de neige», défend Ava-Maria Rousseau, tout en dégustant son petit chocolat.

Du côté de la STM, on salue la bonne action du chauffeur. «Il s’agit d’une initiative personnelle qui peut contribuer à améliorer l’expérience de la clientèle. Nous acceptons ce type de comportement, en autant que ça ne nuise pas au travail de M. Robertson, à sa sécurité et à celle de la clientèle», soutient la porte-parole, Amélie Régis.

Son initiative, qui a fait réagir sur les réseaux sociaux tout comme au sein de la STM, a même influencé d’autres chauffeurs à emboîter le pas.

«On n’est pas des robots. Ça nous rend plus humains. On passe souvent inaperçu avec les gens qui sont dans leur bulle avec leurs écouteurs. Qui sait, on va peut-être influencer un peu la perception du public», explique M. Robertson, aussi père d’un bambin de 5 mois.

Les usagers qui veulent faire la chasse au coco peuvent emprunter les lignes 71, 106, 112 ou 495 à LaSalle, Lachine, Dorval, Verdun, ainsi que dans le Sud-Ouest. Il faudra toutefois faire vite, les chocolats prennent rapidement preneur!

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!