Isabelle Bergeron/TC Media Le conseil de la CSLBP a voté pour la fusion de Riverview et Verdun Elementary à sept contre six.

Après 88 ans d’existence, l’école primaire anglophone Riverview Elementary fermera définitivement ses portes à la fin de la présente année scolaire. La Commission scolaire Lester B. Pearson (CSLBP) a fait le choix de fusionner l’établissement avec Verdun Elementary, une solution inévitable afin de pallier le déclin des inscriptions et les importantes compressions budgétaires.

La commission scolaire a également voté lundi soir dans une longue réunion la fermeture définitive de l’école Lakeside Academy à Lachine, et du Centre international de langues de Pointe-Claire. D’autres établissements scolaires seront fusionnés à Pierrefonds, LaSalle et Beaconsfield.

D’entrée de jeu, la présidente de la CSLBP, Suanne Stein Day, a affirmé que le conseil des commissaires n’avait aucun autre choix, rappelant que plusieurs de ses écoles sont à moitié-vides.

«Le ministère de l’Éducation nous a fait comprendre qui si on ne fermait pas nos écoles avec un faible taux d’occupation, il les fermerait pour nous».

À Verdun, la situation est particulièrement criante. Verdun Elementary, notamment, n’est qu’à 27 % de sa capacité. «On veut investir dans les classes, pas dans l’entretien des immeubles ou dans Hydro-Québec», a ajouté Mme Stein Day.

Mary Ann Davis, commissaire scolaire de Verdun/LaSalle Est, s’est opposée fermement à la fusion des deux établissements, citant entre autres le nombre important de familles démunies dans le secteur.

«À Verdun Elementary, près de 60 % des enfants ont un problème d’apprentissage, explique-t-elle. Chaque école joue un rôle complètement différent l’une de l’autre. En fusionnant, on enlève la chance aux parents de choisir parmi une diversité de services. De plus, on doit impérativement maintenir de petites classes pour répondre aux besoins.»

Selon elle, Riverview Elementary fait partie de l’histoire de Verdun. «Les gens y sont attachés. C’est une fondation importante de la communauté anglophone.»

La population étudiante de CSLBP a décliné de près de 12 % entre 2009 et 2014. La commission scolaire fait aussi face à des compressions budgétaires de près de 4 M$.

Aucun emploi n’est menacé pour l’instant. Les enseignants et le personnel de soutien seront déplacés, tandis que les retraites prévues devraient pallier l’excès de personnel administratif. Les bâtiments laissés vacants par les fusions et les fermetures seront proposés à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, ou mis en vente l’été prochain.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!