TC Media - Christine Emond L'École de cirque accueille dans ses nouveaux locaux plus de 300 étudiants de tous âges.

Les étudiants de l’École de cirque de Verdun ont pu regagner les locaux situés sur le boulevard Gaétan-Laberge à temps pour la rentrée du 12 septembre. Après plusieurs mois de travaux, les cours sont donnés dans un environnement complètement neuf et fonctionnel.

Pendant la dernière année, les apprentis acrobates ont dû suivre leurs cours dans des gymnases temporaires, souvent loin de Verdun. «Tout le monde a l’impression de revenir à la maison», mentionne l’agent de communication de l’école, Davith Bolin.

Les nouveaux locaux, rénovés au coût de 4 M$, semblent plaire aux étudiants et le nombre d’inscriptions le prouve. Quelque 300 personnes se sont inscrites cet automne, contre 172 à pareille date l’an dernier.

M. Bolin croit que leur retour dans le quartier n’est pas étranger à la popularité des programmes. «Cela rassure les parents que nous soyons revenus à Verdun», explique-t-il.

Le nouveau Centre de diffusion culturel, adjacent à l’école, est toujours en chantier et ce, jusqu’en décembre. «Notre seul problème est le stationnement», remarque M. Bolin.

La cour est clôturée et l’accès à la porte d’entrée n’est pas évident. Les automobilistes doivent se stationner dans la rue, traverser le terre-plein et la piste cyclable pour y accéder.

Nouveautés

Sans avoir à s’inscrire aux cours réguliers, les amateurs de cirque peuvent essayer les installations de l’école lors d’ateliers mensuels. Petits et grands sont invités à jongler, marcher sur la poutre, sauter sur les trampolines et jouer les trapézistes.

Même les petits d’un an peuvent désormais fréquenter l’école et leurs rires ont fusé dans le gymnase lors du dernier atelier le 11 septembre, tandis que les plus grands voulaient tout essayer.

Il s’agit d’une occasion de faire connaître la nouvelle offre de l’école aux adultes, à qui s’adressent des activités de remises en forme telles que des classes aériennes, de l’acro-trampo, de l’aéro-musculation et de l’aéro-stretch.

«Les gens n’ont pas besoin d’avoir un niveau, précise M. Bolin, mais beaucoup de motivation et l’envie de faire de l’activité physique».

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus