Les modules de jeu du parc Wilson, derrière le centre culturel de Verdun, sont désuets depuis un moment. Plutôt que de simplement les remplacer, les élus de l’arrondissement ont décidé de profiter de l’occasion pour en faire le parc de Montréal le mieux adapté pour les enfants handicapés.

Le parc Wilson sera accessible universellement à 84%, selon les normes de l’Association canadienne de normalisation (CSA), grâce à différentes mesures.

Les modules de jeu sont présentement en fabrication en Allemagne. Celui pour les enfants de 6 à 12 ans est très grand, beaucoup plus complexe que tous ceux qui se trouvent présentement à Verdun.

Trois balançoires différentes feront aussi partie de l’ameublement. Une régulière, une parent-enfant où tous deux peuvent se balancer face à face, et une grande avec un harnais qui permettra aux enfants à motricité très réduite d’en profiter de façon sécuritaire.

Les surfaces de jeu, présentement en sable, seront remplacées par du caoutchouc compressé recyclé de 4 cm d’épaisseur. Cette matière absorbe les chocs, sèche très rapidement, mais surtout, permet la circulation de chaises roulantes.

La partie présentement recouverte de copeaux sera remplacée par un bac de sable à modeler où se trouveront une «pelleteuse», une «table à fossiles» avec des moules de dinosaures intégrés et un point d’eau pour faciliter le travail du sable.

Aucun arbre ne sera coupé pour réaliser le projet. Sept nouveaux spécimens d’une espèce rare, des microcouliers occidentaux, seront plutôt plantés. Ces feuillus s’adaptent particulièrement bien en milieu urbain. Un jardin à papillons contenant, entre autres, de nombreux plants d’asclépiades, sera également aménagé.

Inquiétudes
Les citoyens présents à la soirée d’information de mardi, lors de laquelle le projet a été présenté, ont été rassurés que l’arrondissement ait décidé de garder les maisonnettes de béton dans lesquelles les enfants s’amusent. Les jeux d’eau resteront eux aussi inchangés.

Ils se sont cependant inquiétés du nombre restreint de balançoires. «J’ai des jumeaux et, avec trois balançoires différentes seulement, je vais passer la majeure partie de mes sorties au parc à gérer des crises de jalousie», a souligné Sophie Mathieu, ajoutant que les balançoires sont le plus souvent l’activité préférée des tout-petits.

Le maire, Jean-François Parenteau, s’est engagé à tenter de trouver une solution avec le service d’ingénierie. «On va voir si on ne peut pas récupérer les balançoires existantes et les réinstaller dans l’espace de verdure, un peu plus loin dans le parc», a-t-il répondu.

Le même effort sera fait pour récupérer le tourniquet, un jeu aussi très apprécié des enfants et devenu rare dans les parcs. Il faudra cependant d’abord vérifier si ce type d’équipement répond aux nouvelles normes de sécurité.

Les travaux seront effectués en deux phases, à l’automne et au début du printemps. Le contrat devrait être octroyé à la séance du conseil du 4 octobre, ce qui permettra de débuter les travaux quelques semaines plus tard.

Un montant de 513 000$ est prévu pour les travaux. Le fait que le parc sera accessible universellement a permis d’obtenir une subvention de 200 000$ de la ville-centre. La balance des coûts sera assumée par l’arrondissement.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!