Gracieuseté Les quatorze élèves qui forme l'équipe des Robucks font en majorité partie du programme Sciences 2.0 de l'école Monseigneur-Richard.

L’école secondaire Monseigneur-Richard est arrivée en première place à l’une des plus prestigieuses compétitions internationales de robotique à Troy, dans l’état de New York, raflant aussi un prix pour sa créativité. Un véritable exploit, si on considère que leur équipe d’une quinzaine d’élèves n’a que deux ans.

«Une victoire comme celle-là, aux États-Unis, c’est comme si des Jamaïcains venaient nous battre au hockey», illustre le directeur de l’école, Philippe Labrosse. Les équipes américaines participent à la First Robotics Competition depuis ses débuts en 1992, accumulant connaissances et expérience.

Mais le petit BB8 des Robucks de Mgr-Richard a su se démarquer par son agilité et sa rapidité, au plus grand bonheur des élèves de secondaire 1 à 5 qui l’ont construit. Ceux-ci, pour la plupart inscrits dans le programme Sciences 2.0 de l’école, ont travaillé d’arrache-pied toute l’année, aidés par quelques adultes impliqués.

Mentors
L’enseignante de biologie qui a pris en main le projet, Sarah Laprise, a elle-même investi plus de 40 heures de son temps chaque semaine à son bon déroulement.

«Il fallait rédiger des demandes de bourses, faire un plan d’affaires pour certaines d’entre elles, sans compter la supervision de la construction. Mais je suis prof de bio, je ne connais rien à la robotique, alors ça aurait été impossible sans d’autres bénévoles», fait-elle valoir.

Un jeune électricien, un designer industriel, un programmeur et quelques autres mentors se sont donc relayés pour guider les élèves, offrant leur expertise et leur temps.

Électricité, programmation, ingénierie, les connaissances acquises par les jeunes dépassent de beaucoup ce qui est normalement couvert par la formation générale.

Soutien crucial
L’effort de financement a aussi été considérable. En plus des bourses de Bombardier, Microsoft, la Fondation des Caisses Desjardins ou la Banque nationale et des sommes allouées par l’école et la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), les jeunes ont fait de l’emballage et vendu toutes sortes de produits pour réussir à accumuler les 15 000$ nécessaires.

Pour assurer la pérennité de l’équipe, le soutien de partenaires financiers et de bénévoles est essentiel, c’est pourquoi Mme Laprise cherche des entreprises et des professionnels verdunois qui pourraient collaborer au projet dans les prochaines années.

Seules trois équipes de la CSMB et une de Sherbrooke représentaient le Québec à la compétition de Troy. Les Robucks de l’école Mgr-Richard sont les premiers dans la CSMB à y remporter un prix.

Leur victoire leur assure une participation à la finale mondiale qui se déroulera à St-Louis, au Missouri, du 26 au 30 avril.

L’épreuve
Chaque année, les tâches que doivent accomplir les robots sont différentes. Cette fois, ils avaient 2 minutes 30 pour lancer des balles dans des cheminées, aller chercher le plus grand nombre possible de roues dentelées dans la zone adverse et les ramener à dans la leur pour ensuite s’accrocher à une corde et se soulever dans les airs.

Le robot devait être autonome pour les quinze premières secondes, donc être capable d’accomplir des tâches programmées, puis était téléguidé par deux pilotes.

Au fur et à mesure que la compétition progresse, les équipes doivent former des alliances. Les Robucks ont été repêchés par une des plus anciennes équipes américaines, dont les membres les avaient repérés dès les premières épreuves.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!