Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur la culture amérindienne. Pour réellement découvrir la musique, la danse et la gastronomie des peuples autochtones, il faut sortir le nez des livres d’histoire et participer à un Pow Wow. Le prochain de ces grands rassemblements aura lieu les 6 et 7 mai, à l’Auditorium de Verdun.

Des artisans, des cuisiniers ambulants, des danseurs et des musiciens de partout en Amérique du Nord seront présents pour échanger, mais également pour faire découvrir aux non-autochtones tout ce qui les caractérise.

L’organisateur et autochtone membre  du Red Urban Project, Al Harrington, a même invité une troupe de danseurs aztèques et une autre, Maui, rappelant que le terme autochtone n’inclut pas que les peuples amérindiens.

Les prestations de danse et de tambours auront lieu toute la fin de semaine présentées par le guitariste cri Pakesso Mukash et la jeune militante Maïtée Labrecque-Saganash.

Retrouvailles
Traditionnellement, les Pow Wow étaient des rassemblements qui duraient plusieurs jours et permettaient à plusieurs communautés, qui devaient parfois voyager pendant plusieurs jours pour s’y rendre, de se rassembler.

Les participants y échangeaient différentes marchandises, y retrouvaient des amis ou des membres de la famille et y partageaient des nouvelles. Ces festivités étaient une occasion de célébrer la vie.

Contrairement à la semaine de festivités d’autrefois, les Pow Wow se déroulent maintenant sur des périodes plus courtes de deux ou trois jours partout en Amérique du Nord, du début du printemps à la fin de l’automne.

Ils sont maintenant ouverts aux non autochtones, mais un certain décorum s’impose. Il est important de savoir que les habits traditionnels portés par les danseurs sont très précieux et ne devraient pas être touchés sans permission. La même règle s’applique pour les tambours.

Il est également conseillé de bien écouter les maîtres de cérémonie afin de savoir si les photographies sont permises puisque certains moments sacrés ne peuvent être immortalisés en image.

À plusieurs moments, les visiteurs non autochtones pourront se joindre aux grandes danses intertribales, poussant la curiosité culturelle jusqu’à l’immersion pour ceux qui le désirent.

Entrée gratuite, contribution suggérée de 5$. Samedi 6 mai, de 12h30 à 19h. Dimanche 7 mai à 12h30.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!