Les personnes à mobilité réduite et les aînés peuvent à présent profiter d’un local au Centre Marcel-Giroux pour reprendre de l’autonomie et améliorer leur qualité de vie. L’organisme à but non lucratif Bouger et Vivre leur propose de l’écoute, de l’équipement et des conseils en présence d’une kinésiologue.

Bouger et Vivre a auparavant disposé d’un emplacement à la Clinique médicale Physergo sur la rue de Verdun, qui a fermé après quelques mois.

«C’était seulement un test, pour voir si on répondait à des besoins de la population, raconte la présidente, Monique Trudel. On a été jusqu’à 100 membres, mais on a dû changer de place pour développer notre projet.»

Cela a pris deux ans pour obtenir l’appui de l’arrondissement. Tout est à reconstruire avec des membres qui ne sont plus qu’une dizaine. Atteinte de sclérose en plaques, la présidente se dit aujourd’hui satisfaite.

«Il y a un seul centre qui a une approche similaire, Viomax, mais il est situé à l’est de Montréal et est davantage centré sur les personnes handicapées. On a une approche beaucoup plus inclusive», souligne Mme Trudel.

Créativité
L’équipement est diversifié pour répondre aux besoins des différents profils. Le fait d’avoir un vélo stationnaire avec dossier permet par exemple de s’adapter aux personnes en fauteuil roulant et les poids sont plus adaptés aux personnes atteintes d’arthrose, comparés aux altères.

«Mes clients ont des besoins multiples donc ça implique une grande créativité, souligne la kinésiologue, Evelyne Shousha. Certains viennent avec des envies précises, liées par exemple à une blessure. D’autres veulent une remise en forme.»

Les exercices sont donc variés. La professionnelle utilise notamment le matelas au sol pour jouer sur la flexibilité, le ballon pour travailler l’équilibre et les bandes élastiques pour renforcer le haut du corps.

Approche personnalisée
«On a vraiment de la chance, car les nouveaux clients viennent un par un, donc j’ai vraiment le temps de leur parler et de voir ce qu’ils aiment faire. Par exemple, s’ils font de la marche ou du vélo, je peux leur donner des exercices personnalisés qu’ils pourront reproduire de leur côté», explique Mme Shousha.

La présence d’une professionnelle assure une bonne réalisation des mouvements et un accompagnement tout au long de la séance. Ces deux éléments sont essentiels pour Lorraine Leclair, âgée de 74 ans.

«Je me suis dit que ça allait me faire du bien de bouger un peu, surtout avec l’hiver qui s’en vient, raconte-t-elle. Je viens m’entraîner chaque semaine pendant une heure environ et après un mois, je vois déjà la différence. J’ai plus de force dans les bras et je pense à me tenir plus droite.»

La présidente de Bouger et Vivre espère avoir plus de membres pour former des groupes, obtenir davantage de matériel et ouvrir le local une journée supplémentaire, le samedi. Elle recherche également des bénévoles pour accompagner les membres lors de leur entraînement.

Bouger et Vivre dispose du local 204 au Centre Marcel Giroux (4501, avenue Bannantyne) les lundis et mercredis, de 10h à 18h, ainsi que les vendredis de 15h à 18h.

Pour plus d’infos: bougervivre.weebly.com

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!