Les élèves de l’école des Saules-Rieurs se préparent pour le marché vert qu’ils organiseront dans leur cour à l’occasion du Jour de la Terre. Dans leurs classes, ils sont accompagnés des professeurs, de parents et de grands-parents qui les aident à concevoir leurs projets qu’ils vendront dans le cadre de la campagne de financement de l’établissement.

«Avec ma maman, on a fait un terrarium à la maison et comme c’est facile, on s’est dit qu’on pouvait le faire à l’école aussi, raconte Milan Raybaud qui a embarqué toute sa classe des 1e, 2e et 3e années. J’ai récupéré les petits cailloux vers le fleuve parce que je sais que là-bas ils sont très bons puisqu’ils sont de différentes couleurs et qu’ils sont suffisamment petits pour correspondre au projet.»

Le garçon de sept ans montre les différentes étapes pour arriver au résultat final, du nettoyage du bocal, au dépôt de la mousse, en passant par l’ajout des cailloux et de la terre. Il observe attentivement les caractéristiques de chacun des matériaux, comme la fragilité et douceur de la mousse, ou encore l’aspect coupant et les dégradés de couleurs de la roche.

Idées
Dans la classe supérieure des 4e, 5e et 6e années, Joséphine Savard prépare un tawashi qui est une éponge écologique qui peut être réalisée à partir de bas ou de leggings récupérés.

«C’est simple à réaliser à partir du moment où tu l’as fait au moins une fois. Je débute et en une heure environ, j’en ai fabriqué cinq pour le Jour de la Terre. Pour moi, c’est une journée qui souligne tout ce qu’on a besoin de faire pour aider l’environnement, pas uniquement le 22 avril, mais tous les jours de l’année. Ça permet aussi de donner des idées sur quoi faire et comment le réaliser», soutient-elle

Les enfants ont pris une planche en bois sur laquelle ils ont posé des clous qui servent d’accroche pour les bouts de tissu. De fines bandes sont installées sur les clous horizontaux, puis celles à la verticale sont placées en alternance dessus et dessous. D’autres camarades ont également fabriqué des sacs à partir de tee-shirts, ou encore découpé du papier en cire d’abeille avec des ciseaux.

Les maternelles ont aussi planté des semis et les ont entretenus pour qu’ils grandissent un peu d’ici le marché. Ils ont aussi récupéré des boîtes de lait qu’ils ont peint et dans lesquels ils ont fait un trou pour que par la suite, les oiseaux s’en servent comme mangeoires.

«On s’est demandé ce que les Verdunois voudraient acheter qui soit utile avec du matériel que l’on recycle, rapporte la directrice adjointe Mélanie Charbonneau. L’idée est venue des enfants qui participent à chacune des étapes jusqu’à la fabrication et le jour même ce sont eux qui récolteront de l’argent pour l’école.»

D’autres élèves prévoient de jouer du piano et du ukulélé ainsi que chanter pour animer la journée et ils seront également accompagnés de danseurs.

L’argent récolté au terme de la journée permettra d’organiser des sorties l’année prochaine et d’obtenir du matériel, par exemple pour une journée ski de fond.

Le marché vert se déroulera le 22 avril, de 10h à 14h, dans la cour d’école des Saules-Rieurs (1050, 5e Avenue).

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!