Quelques 120 personnes ont marché samedi pour sensibiliser et éliminer les tabous qui entourent la maladie gynécologique, l’endométriose. Cette troisième édition montréalaise pour l’organisme Endométriose Québec a mis l’accent sur la reconnaissance sociale, médicale et politique.

«C’était un mélange de plaisirs et d’émotions d’avoir autant de personnes vêtues d’un ruban jaune et réunies au square Dorchester, soutient la Verdunoise et fondatrice d’Endométriose Québec, Marie-Josée Thibert. C’était un événement vraiment réussi pour nous avec des familles entières et des collègues qui sont venus parler de cette maladie.»

Le nombre de participants est en croissance alors que les deux premières éditions avaient rassemblé autour de 75 personnes. Du square Dorchester, la marche symbolique d’une trentaine de minutes a porté les participants à remonter la rue Peel, puis à prendre le boulevard de Maisonneuve jusque Guy-Concordia avant de revenir au point de départ sur la rue Sainte-Catherine.

L’événement national chapeauté par The Endometriosis Network a permis la création d’autres marches ont eu lieu simultanément dans des villes canadiennes comme Toronto, Charlottetown, Edmonton, ou encore Ottawa.

Reconnaître
L’objectif d’Endométriose Québec pour ses cinq premières années d’existence est de faire connaître la maladie. Mme Thibert explique que chaque semaine, elle rencontre encore des personnes qui ne connaissent pas l’endométriose.

«Cette année, on a inclus l’aspect reconnaissance sociale, médicale et politique. C’est difficile de souffrir physiquement et encore plus quand nos proches ne comprennent pas et qu’on a des jugements. Lorsque l’on arrive dans des cliniques médicales, les médecins ne sont pas tous outillés de la même façon et la moyenne pour un diagnostic est encore autour de sept ans, ce qui a des conséquences physiques et psychologiques», souligne la fondatrice.

Elle-même atteinte d’endométriose, elle explique que beaucoup de choses se disaient sur un groupe de soutien fermé sur Facebook, mais qui ne se retrouvaient pas ailleurs. Elle remarque une évolution avec une plus grande ouverture à différentes échelles, par exemple en abordant le sujet sur sa propre page ou avec son employeur.

L’endométriose
– C’est une maladie gynécologique chronique qui peut être très douloureuse
– Elle est liée à la présence d’endomètre, tissu qui tapisse la paroi interne de l’utérus, hors de l’utérus et sur les organes voisins
– Elle est une des premières causes d’infertilité
– Plus d’une femme sur dix en est atteinte

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!