Gracieuseté Père de deux enfants âgés de 8 et 10 ans, le Verdunois Constantin Fortier souhaite remporter l'investiture du Parti québécois pour représenter Verdun aux élections provinciales.

Constantin Fortier est candidat à l’investiture du Parti québécois dans Verdun qu’il souhaite représenter aux élections provinciales du 1er octobre. Ses idées sont de remettre l’éducation à l’ordre des priorités, gratuite et accessible à tous, en vue de favoriser la mixité sociale.

Père de deux enfants, Constantin Fortier s’est impliqué dès le début comme président d’établissement du CPE Parminou, puis de l’école Chanoine-Joseph-Théorêt. C’est en 2015, lorsqu’il y a eu des coupures de services et budgétaires, que le Verdunois a rejoint le mouvement «Je protège mon école publique». L’objectif était alors de promouvoir un financement adéquat au Québec et sensibiliser la population aux enjeux des coupes en éducation.

Depuis, il s’investit davantage dans la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Il est secrétaire du comité régional de parents regroupement Sud ainsi que présent sur le comité central des parents.

M. Fortier fait aussi partie d’un second mouvement de parents, «L’école ensemble», qui a vu le jour il y a un an, qui a mis de l’avant le phénomène de ségrégation scolaire dans le système québécois.

Parti
Le Verdunois a décidé de faire valoir ses idées en politique et il a choisi le Parti québécois, car il revendique avoir toujours été un grand défendeur de la souveraineté et des valeurs sociales démocrates.

«Il y a aussi le nouveau apporté par Paul Saint-Pierre Plamandon, conseiller spécial du chef du Parti Québécois. Je sens que le PQ est prêt à passer le flambeau à une nouvelle génération et je veux incarner ce changement», soutient le candidat.

Égalité des chances
Constantin Fortier parle d’un système d’éducation dysfonctionnel avec des écoles privées qui prendraient les meilleurs éléments, des écoles publiques qui créent des projets sélectifs pour retenir les enfants. Selon lui, il resterait une classe ordinaire qui est difficile à gérer et il ajoute que 50% des enseignants quitteraient la profession dans les cinq premières années.

«On évalue la possibilité de chasser complètement le financement public dans les écoles privées, annonce le Verdunois. Dans les faits, les écoles privées secondaires sont financées à 75% par les taxes des contribuables, sauf qu’il y a une minorité de gens qui ont accès à ces écoles.»

Il voudrait empêcher toutes coupes budgétaires en bas du coût de fonctionnement du système pour assurer un seuil de services minimal pour les enfants.

«Là, on sépare les jeunes donc quand ils deviennent adultes, ils n’ont pas été confrontés à des situations difficiles, d’immigration ou des gens pauvres. Très tôt, la mixité fait apprendre aux jeunes le vivre ensemble», affirme le candidat.

Ingénieur
Ingénieur et informaticien de formation, M. Fortier développe aujourd’hui des logiciels pour la compagnie québécoise Stingray music. Il souhaite se servir de sa carrière professionnelle pour l’aider dans son rôle au sein du Parti québécois.

«On a le plus grand pôle d’intelligence artificielle avec les centres de recherche à l’Université de Montréal, soutient-il. Je veux pousser les collaborations avec ces chercheurs pour offrir des outils que l’État pourrait donner aux citoyens. On a énormément de données qui pourraient être suivies par les commissions scolaires, pour faire les bassins par exemple, ce qui favoriserait la mixité dans les écoles.»

Pour Constantin Fortier, il faudrait ramener la compétence dans les ministères, valoriser les scientifiques pour les garder dans le public.

À ce jour, la date de l’investiture du Parti québécois dans Verdun est encore inconnue.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!