Gracieuseté – CSMB Christine Goupil, enseignante-orthopédagogue à l’école Lévis-Sauvé de Verdun pendant 22 ans, a obtenu à titre posthume le prix de l’Ordre de l’excellence en éducation.

Christine Goupil était bien connue des enfants et du personnel de l’école primaire Lévis-Sauvé de Verdun, où elle s’est démarquée pour son implication auprès des élèves vulnérables pendant 22 ans. L’enseignante-orthopédagogue, emportée par une récidive du cancer du sein en mars, figure parmi les premiers récipiendaires de l’Ordre de l’excellence en éducation. La récompense lui a été décernée à titre posthume.

D’abord éducatrice en enseignement spécialisé, Mme Goupil a travaillé pendant deux ans à l’école secondaire Monseigneur-Richard. Après s’être réorientée vers l’orthopédagogie, elle a rejoint le personnel de l’école primaire Lévis-Sauvé et y a poursuivi sa carrière pendant plus de deux décennies.

«Christine était quelqu’un qui déployait tous les outils pour aider les élèves à apprendre. Je me rappelle, au cours d’un été, l’avoir vue fabriquer des petites cannes à pêche pour les enfants qui devaient attraper des poissons sur lesquels elle avait inscrit des mots. Elle cherchait des façons de se renouveler et trouvait plein de trucs pour rendre l’éducation ludique», raconte Geneviève Goupil, ajoutant que les tous les petits adoraient sa sœur.

Être un modèle
Pour Christine Goupil, l’enseignement représentait d’avantage une passion et une vocation qu’une profession. Son désir de venir en aide aux élèves en difficulté s’est manifesté tout au long de son parcours.

«Il y a toujours un professeur qui nous touche quand on est enfant. Christine, c’était sa mission. Elle voulait que chaque élève se sente important quand il était à ses côtés. Elle mettait tout en place pour qu’il ait le sentiment d’être valorisé et sache qu’il peut se rendre loin. C’était important pour elle d’être un modèle significatif pour les jeunes, elle avait toujours ça à l’esprit», indique sa sœur.

En marge de son parcours professionnel, l’enseignante a également été l’une des fondatrices du Centre de pédiatrie sociale en communauté Les petits renards de Verdun. «C’était son gros projet. Elle y a investi beaucoup d’énergie et ce fut une belle aventure pour elle», confie Mme Goupil.

Christine a grandi à Verdun et ses parents y demeurent toujours. Mère de deux filles de 11 et 14 ans, elle est décédée le 1e mars des suites d’une récidive du cancer du sein. Elle aurait célébré ses 50 ans le 7 mai dernier.

L’Ordre de l’excellence en éducation souligne les contributions remarquables de personnes qui se consacrent à la réussite éducative des élèves, de la petite enfance à l’université.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!