Gracieuseté - Festival Verdun'Art Le moment phare du Festival Verdun'Art a été marqué par la présence sur scène des groupes de métal Anonymus et Overbass.

Nouvelle durée, thème et emplacement pour le Festival Verdun’Art dont la quatrième édition vient de se terminer. Sa fondatrice, Nadia Gagnon, est satisfaite des trois jours passés sous le thème des berges, dans le parc Monseigneur-Richard, mais prévoit déjà des changements pour l’an prochain.

L’arrivée du festival dans un parc, sans fermeture de rue et perturbation de la circulation, a permis aussi de laisser les installations sur place et de prolonger sa durée.

«Ça a fonctionné vraiment en dessous de mes attentes malheureusement, rapporte Mme Gagnon. Le vendredi a démarré lentement, mais ça a bien démarré. Le samedi c’était complètement fou avec presque 1 000 personnes sur le site et dimanche, il a fait trop froid et ça nous a vraiment désavantagés. C’est sûr que le festival va être déficitaire cette année, mais on va aller chercher des subventions pour renflouer tout ça.»

Elle se dit toutefois très satisfaite de l’organisation, du travail des bénévoles et des prestations des groupes de musique qui ont profité à 1500-1700 participants.

«Le moment le plus marquant a été avec les groupes de métal Overbass et Anonymus qui jouaient le samedi soir. Ce sont des amis de longue date et ils ont fait des chansons ensemble. Ç’a donc été un très beau party d’amis et ils ont été très généreux dans leurs prestations», raconte la fondatrice qui soutient que les groupes qui attirent le plus sont ceux qui jouent du métal.

Avenir
Nadia Gagnon assure qu’elle reviendra l’an prochain avec une nouvelle formule sur laquelle elle travaille déjà. Elle promet que la musique, le feu, la danse et les arts visuels resteront les composants du festival. Elle devrait tenter à nouveau le parc Monseigneur-Richard pour inciter les gens à habiter leurs espaces et en profiter au maximum.

L’événement pourrait toutefois se limiter au vendredi et samedi. Il pourrait être précédé au début de l’été, lors de la vente-trottoir, d’une journée organisée avec la SDC Wellington pour ramasser des fonds sur le toit du stationnement Éthel ou derrière l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

«Le festival est en constante évolution, souligne Mme Gagnon. J’aimerais me trouver une niche et pouvoir y rester et progresser plusieurs années, mais je crois que je n’ai pas encore atteint la formule gagnante. On va continuer à essayer.»

À terme, son objectif serait de s’approprier l’Auditorium pour que la musique reste en intérieur en soirée, tout en continuant de privilégier l’extérieur en journée. Son avantage serait aussi d’être proche des stations de métro et plus loin des résidences.

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!