(Photo TC Media - Hugo Lorini) Pour contrer le décrochage, plusieurs organismes offrent des programmes de persévérance scolaire. Brisbane Agbo est une étudiante qui a participé au programme Passeport pour ma réussite de Toujours Ensemble.

Adaée Beaulieu

Le taux de décrochage scolaire à Verdun s’est amélioré grandement en cinq ans. Il est passé de 48% en 2006-2007 à 31% en 2011-2012. Plusieurs organismes verdunois ont contribué à contrer le décrochage.

Le rapport du MELS rapporte que la proportion des jeunes qui sont sortis de l’école secondaire Monseigneur-Richard avec un diplôme ou une qualification était de 69% en 2011-2012. À l’inverse, en 2006-2007, le taux de décrochage à la même école était de 48,3%.

C’est ce qu’indique le document intitulé «Agir ensemble à Verdun: Portrait et enjeux socioéconomiques du territoire». Il a été réalisé par l’UQÀM pour la Concertation en développement social de Verdun.

Des solutions

Plusieurs organismes ont participé à la baisse du taux de décrochage scolaire en offrant un soutien aux jeunes. Par exemple, l’Ancre des jeunes offre, depuis plusieurs années, des outils autant aux décrocheurs qu’aux étudiants à risque.

Durant le jour, des cours individualisés sont offerts à une trentaine d’adolescents et de jeunes adultes qui ont quitté l’école. Plus de 80% de ces jeunes retournent à l’école après avoir passé une à deux années à l’Ancre des jeunes.

Le soir, l’Ancre accueille 75 élèves du primaire et du secondaire pour les encourager à la persévérance scolaire. De l’aide aux devoirs ainsi que des ateliers artistiques leur sont offerts.

Axer sur la persévérance

L’organisme Toujours Ensemble a aussi développé un programme de persévérance scolaire, intitulé Passeport pour ma réussite. Celui-ci s’adresse aux étudiants du secondaire et leur offre un soutien dans quatre volets, soit scolaire, social, financier et personnalisé.

Les jeunes sont invités à participer à l’aide aux devoirs deux fois par semaine à raison d’une heure par visite. De plus, des activités de mentorat de groupe sont offertes. Les étudiants obtiennent aussi des bourses d’une valeur de 500$ chacune pour chaque année du programme complétée.

Enfin, chaque élève est jumelé à un conseiller-ressources parents-élèves. Cette personne motive l’élève en collaboration avec l’école et la famille.

Selon une évaluation du programme effectuée par Toujours Ensemble, le taux de décrochage des étudiants qui ont participé à Passeport pour ma réussite pendant deux ans ou plus est de 8,8%.

Connaître les causes

Selon la directrice générale de l’organisme l’Ancre des jeunes, Daphnée Mailloux-Rousseau, plusieurs facteurs autres que les difficultés d’apprentissage peuvent inciter les jeunes à décrocher. C’est pourquoi, l’organisme agi non seulement au niveau académique, mais aussi au niveau social. «Le succès ce n’est pas seulement en terme de résultats scolaires, mais aussi en terme de développement de la personne», affirme Daphnée Mailloux-Rousseau.

Par exemple, le fait que certains étudiants soient issus de familles défavorisées peut jouer un rôle sur le décrochage. De plus, les résultats scolaires d’un élève peuvent être affectés s’il fait face à des problèmes de santé mentale.

Chez les filles, la sexualité a aussi un grand impact sur la scolarité. En fait, les infections transmises sexuellement, la violence conjugale et la grossesse à l’adolescence sont toutes des raisons qui peuvent pousser une étudiante à quitter l’école.

«Dans tous les cas, l’estime de soi est faible puisque les jeunes pensent qu’ils sont justes capables d’échouer», explique Mme Mailloux-Rousseau.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus