Après une période d’implantation depuis l’arrivée des premiers résidents en 2011, Sous le toit de P.A.L. a ouvert ses portes aux médias qui ont découvert avec enthousiasme, un immeuble à logement entièrement rénové, où habitent 28 locataires enfin chez eux!

C’est en compagnie de John F. Harvey, agent de liaison du Projet P.A.L. et de deux locataires que la visite des locaux a eu lieu le 10 mai dernier. Deux types de logements sont disponibles dans cet immeuble situé au 4075 rue de Verdun au coin de la rue de l’Église: soit le studio à aire ouverte incluant un coin cuisine comme celui de Quyen-Quoc Trinh, et l’appartement de Bobby McGuire qui fait le coin de l’immeuble avec une chambre fermée. Bien éclairés et insonorisés, les 28 logements du projet sont conçus pour des personnes seules, répondant à certains critères. Un ascenseur facilite l’accès aux étages supérieurs tandis qu’une petite salle communautaire est à la disposition des résidents au rez-de-chaussée. Deux membres de l’équipe de travail de P.A.L. sont présents en permanence sur les lieux en semaine afin d’aider les résidents.

L’ouverture officielle de la résidence suivait de quelques heures la visite des médias, aussi c’est en présence de plusieurs invités de marque, dont le maire de Verdun, Ginette Marotte et d’autres élus que l’immeuble a été inauguré. Parmi les partenaires qui ont permis la réalisation du projet, il faut noter la Société d’habitation du Québec SHQ, la Ville4 de Montréal et l’arrondissement Verdun, l’Office municipale d’habitation de Montréal OMHM, l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, le Fonds de lutte à la pauvreté etc. L’achat et la rénovation de cet immeuble a nécessité plusieurs mois de travail sous la coordination du Groupe de ressouces techniques (GRT) Il faut bien le reconnaître que multiplex avait été négligé au fil des années . Un restaurant occupait le rez-de-chaussée et des appartements de style «bachelor» loués à la semaine ou au mois se trouvaient aux étages supérieurs. «La police était souvent appelée à cet endroit», confie en souriant, John F. Harvey de P.A.L.

Une grande famille où chacun exerce sa liberté

Quand une jeune locataire comme Quyen-Quoc Trinh vous dit que s’installer Sous le toit de P.A.L., lui a permis «d’être autonome et indépendante», on comprend mieux l’importance d’offrir à ces adultes, la possibilité de tenir maison et d’assumer des responsabilités. Quyen-Quoc habitait chez ses parents qui faisaient tout pour elle mais qui depuis peu, ont cassé maison pour vivre en résidence en raison de leur âge. «Ici, je dois tout faire: la cuisine, le ménage, la lessive», dit-elle, précisant qu’elle a appris à faire une soupe tonkinoise et d’autres plats asiatiques.

Engagé depuis le début dans le projet, Bobby McGuire confie: «c’était d’abord un rêve, mais depuis deux ans Sous le toit de P.A.L. a changé ma vie et celle de mon chien Elish». Bobby est particulièrement fier qu’on accepte les animaux dans l’immeuble, lui qui aurait bien du mal à se séparer d’Elish. Heureux d’avoir siégé au conseil d’administration et au comité de sélection des locataires, Bobby se sent valorisé d’avoir été choisi comme surveillant en cas d’urgence lorsque les animateurs de P.A.L. sont absents. Bobby McGuire conclut que ses conditions de vie sont meilleures et qu’il a rompu avec l’isolement grâce à P.A.L.

Un peu d’histoire

Le Projet P.A.L. est né en 1975 dans le but d’aider les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou qui quittaient un milieu hospitalier comme le Douglas, à se trouver un logement et à bénéficier d’aide et d’encadrement dans cette délicate période de réadaptation. P.A.L. est à l’origine de plusieurs projets résidentiels sous différentes formes pour loger les gens que l’association accompagne. Propriété de P.A.L., la résidence Sous le toit de P.A.L. est gérée comme organisme à but non lucratif qui loue des logements à des personnes répondant aux critères d’admissibilité qui paient un loyer n’excédant pas 25% de leurs revenus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!