Le rapport sur les déplacements servira d’outil destiné à faciliter une prise de décision collective quant aux interventions à prioriser.

Ce document inédit permet de mieux comprendre les habitudes de déplacement des résidents verdunois, de mettre en lumière les obstacles et les potentialités du quartier en matière de déplacements actifs en plus de mettre en commun les problématiques perçues par les citoyens.

Malgré la priorité accordée aux déplacements actifs à vélo ou à pied dès le premier chapitre du rapport, en raison explique-t-on, des dommages à l’environnement du transport routier et de la possibilité d’offrir une alternative à l’automobile, l’étude décrit la situation telle qu’elle apparaît dans le périmètre du centre-ville de Verdun, un secteur densément peuplé et déjà bien desservi par les transports en commun.

Ainsi, l’équipe de chercheurs a repris les données du recensement 2006 de Statistique Canada en plus de colliger les informations obtenues sur l’achalandage de voyageurs grâce aux enquêtes de la STM. On s’est également servi des statistiques de la Direction de la Santé publique et de la Police (SPVM) sur la sécurité aux intersections et le nombre d’incidents rapportés.

Profitant de la densité exceptionnelle du périmètre appelé Quartier 21 par les chercheurs au centre-ville de Verdun, ceux-ci ont vite constaté le peu de distance pour accéder à une multitude de services, donc de la commodité des lieux. La partie du centre-ville contenue dans ce périmètre, s’étend de la rue Bannantyne au fleuve entre le boulevard Desmarchais et la rue Régina.

En 2006, on comptait 20 375 habitants dans ce périmètre avec une sous-représentation des aînés et des jeunes âgés de 15 ans et moins. La proportion des résidents de 50 ans et plus est de 27,4%, les personnes de 65 ans et plus 11,3%. Dans l’ensemble montréalais, les personnes de 65 ans comptaient pour 15,2%. À l’opposé, la proportion des jeunes adultes (20 à 29 ans) est de 20,6% alors qu’ils ne constituent que 16,2% à l’échelle montréalaise.

Le taux de chômage des personnes de 15 ans et plus était de 11,7% dans le périmètre désigné et de 9,2% dans l’ensemble montréalais (2006). On parle d’un secteur considéré comme défavorisé si on se fie au revenu moyen des personnes de 15 ans et plus ( 22 105$ dans le secteur et 37 411$ pour l’ensemble de Verdun. En outre, 40,9% des ménages sont constitués d’une seule personne et les familles monoparentales comptent pour 26,5% (Montréal 21,8%)

La densité de population dans le périmètre étudié est de 15 150 habitants au km carré alors que l’arrondissement montréalais le plus dense, le Plateau Mont-Royal compte 12 429 habitants au km carré.

Le manque de verdure et les îlots de chaleur ont été identifiés par les chercheurs alors que la malpropreté de l’espace public, le manque d’entretien ainsi que l’état des trottoirs parfois déficients ont fait l’objet de critiques des citoyens interrogés dans l’enquête. Le sentiment d’insécurité a été pointé du doigt par les résidents consultés, en particulier certaines zones jugées inhospitalières comme la proximité des stations de métro Verdun et de l’Église, la rue Régina et certains coins des avenues.

Le transport actif qui fonctionne dans le centre-ville de Verdun, c’est le transport collectif grâce au métro où les gens se rendent à pied dans une proportion de 85,6% à la station Verdun, et dans une proportion de 76,7% à la station de l’Église, qui fonctionne le mieux. Notez que 55% des ménages possèdent une automobile ou plus et 45% n’en possèdent pas. Le quart des déplacements internes dans le quartier se fait en automobile malgré le peu de distance.

L’étude démontre avec photos et chiffres à l’appui, la place importante allouée à l’automobile par la largeur de certaines rues et les stationnements qui consomment beaucoup d’espace. Sans jeter la pierre aux usagers, Dans le périmètre étudié, on note l’absence lien cyclable entre la piste du bord de l’eau et la rue Wellington si étroite qu’elle met en danger la sécurité des cyclistes qui s’y aventurent. La largeur inadéquate des trottoirs sur certaines rues est également évoquée. Quant à l’importance de l’auto, il est clair que les mesures d’apaisement de l’arrondissement comme les traverses de piétons sont appréciées mais qu’il faudra évaluer les risques à certaines intersections compte tenu du nombre élevé d’accidents. Dans le périmètre étudié le pourcentage des intersections où au moins un piéton a été blessé est de 27% (17% pour l’ensemble de Verdun), et au moins un cycliste a été blessé dans le périmètre 34%, et 18% pour l’ensemble de Verdun.

 

Plusieurs de ces problèmes y compris le flânage à la station de métro de l’Église, sont déjà en passe d’être solutionnés avec l’aide de la Société de Transport de Montréal (STM) et de l’arrondissement de Verdun qui tous deux comptent bien s’associer pour renipper les abords plutôt sinistres de la station de métro. Allez-y de vos suggestions en consultant la version intégrale du rapport sur le site de la Concertation au http://www.cdsv.org/wp-content/uploads/2010/12/Portrait_des_deplacements_final_5_12_20121.pdf

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!