Hugo Lorini/TC Media L'entrée principale de la Clinique médicale Physergo qui regroupe des spécialistes en physiothérapie et réhabilitation physique.

La centaine de membres de Bouger et vivre, un gymnase spécialisé pour les personnes handicapés, devront se trouver un nouvel endroit pour s’entraîner. L’organisme qui les accueillait à la Clinique médicale Physergo de la rue de Verdun doit céder sa place au Centre de Santé des Aînés Sud-Ouest-Verdun.

Le Dr. Roger Cadieux est l’un des administrateurs de la clinique médicale Physergo. Il est aussi le président du Forum économique de Verdun, locataire de la clinique, et initiateur du projet de Centre de Santé des Aînés Sud-Ouest-Verdun.

Celui-ci se défend d’être à l’origine de la décision de montrer la porte à Bouger et Vivre, mais explique que la Clinique Physergo perdait trop d’argent à l’héberger.

«Les déficits de 35 000$ à 40 000 $ occasionnés par la présence de l’organisme étaient bien plus inquiétants pour le conseil d’administration de la Clinique que toute autre chose», dit-il.

Selon lui, les revenus de la clinique sont à la baisse, notamment à cause de la diminution notable de clientèle en réhabilitation dû à la diminution des accidents de travail (CSST) et des accidents de la route (SAAQ).

Avec le Centre de Santé des Aînés Sud-Ouest-Verdun, il espère attirer une nouvelle clientèle à la clinique et trouver une nouvelle source de revenus.

«On peut rejoindre quelques-uns des 25 000 aînés dans le territoire de l’ancien CSSS Sud-Ouest-Verdun», souligne-t-il.

Nouveaux locaux
«C’est dommage qu’on doive se séparer comme ça», déplore Monique Trudel, celle qui a fondé Bouger et vivre en 2011. L’organisme s’est incorporé il y a seulement quelques mois.

Mme Trudel, qui souffre de sclérose en plaques et se déplace en fauteuil roulant depuis plus de dix ans, est dévouée à la cause des personnes présentant un handicap.

Elle aimerait mieux rester dans les locaux de la clinique Physergo afin de pouvoir continuer d’utiliser l’équipement spécialisé qu’on y trouve.

«Notre programme se veut inclusif, il n’exclut pas la participation de personnes âgées», insiste-t-elle, estimant que son organisme pourrait attirer les aînés lui aussi.

Même sans équipement, l’organisme doit en priorité trouver un local. Pour trouver une solution à l’imbroglio actuel, les responsables de Bouger et vivre se sont tournés vers l’arrondissement afin de dénicher une salle d’exercice ou un gymnase capable d’accueillir des participants handicapés de 18 ans et plus.

«On a eu une oreille attentive du maire Parenteau», affirme pour sa part Alain Tassé, membre de Bouger et vivre, qui attend avec empressement la prochaine rencontre avec les responsables municipaux.

Selon Nicole Olivier, directrice de la Culture, des Sports, Loisirs et Développement social de Verdun, «ça fait partie de notre plan stratégique, de trouver des locaux pour des organismes».

L’accessibilité universelle s’inscrit d’ailleurs dans le Plan de développement stratégique 2015-2025 de l’arrondissement de Verdun.

En marge de cette ouverture, M. Tassé rappelle qu’il y a un important projet de rénovation de l’Auditorium dans les prochaines années, ce qui pourrait conduire à l’aménagement de locaux mieux adaptés et accessibles aux personnes à mobilité réduite ou handicapées.

Le conseil d’administration de Bouger et vivre compte parmi ses membres Gilles Trudeau de la Faculté de Droit de l’Université de Montréal, l’ex-conseiller Alain Tassé, la pharmacienne Mélanie Loranger , la psychiatre Sylvie Girard, le champion sportif Rudy Bernard et la cofondatrice du Centre des femmes et de l’école de cirque Francine Gravel.

Une histoire de coeur
Après trois ans de réflexion, Monique Trudel a créé Bouger et vivre, en collaboration avec la Clinique Physergo et son directeur Réjean Douville. La thérapeute en réadaptation physique Annie Viger et le mécène Bruno Fortin ont contribué au projet qui a nécessité des investissements de 44000$. Le Centre local de développement (CLD) de Verdun avait accordé 25000$ sous forme de bourse.

Le but du projet est de permettre aux personnes handicapées de faire de l’exercice et se tenir en forme dans un gymnase adapté à leurs besoins. Auparavant, le manque de locaux adéquats dans Verdun forçait ces personnes à se rendre en transport adapté au Centre Lucie-Bruneau, dans l’est de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!