Archives/TC Media Plus de 750 ménages sont en attente d'un logement social à Verdun.

Devant le besoin criant de logements sociaux sur le territoire de Verdun, les élus comptent instaurer une nouvelle stratégie: un promoteur qui voudra construire un immeuble résidentiel, et ce peu importe le nombre d’unités, devra contribuer à bâtir des appartements pour les personnes à faible revenu, sur son site ou ailleurs dans l’arrondissement.

Plus de 750 ménages sont en attente d’un logement social à Verdun. Malgré la demande grandissante, entre 2004 et 2015, seules 259 unités de logements sociaux (coops et OSBL) ont été développées sur le territoire, et ce en incluant le projet de Coopérative Les Sages, en construction.

«Nous souhaitons déposer notre projet dès l’automne», a indiqué le maire Jean-François Parenteau, questionné à cet égard lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement le 4 mai. Bien que peu de détails aient été dévoilés, le maire a insisté sur la ressemblance de cette initiative avec celle du Sud-Ouest.

En plus d’adhérer à la Stratégie d’inclusion de logements abordables dans les nouveaux projets résidentiels de la Ville de Montréal, laquelle prévoit l’intégration de 15% de logements sociaux et communautaires et de 15% de logements abordables dans les nouveaux projets immobiliers de plus de 200 logements, l’administration du Sud-Ouest vise également les projets de moins de 200 unités.

Les développeurs peuvent construire aussi bien sur-site, hors-site, ou faire une contribution monétaire si les deux autres options ne sont pas envisageables. Bien que cette mesure ne soit pas coercitive, les projets résidentiels qui ont un souci d’inclusion sont toujours largement favorisés à l’émission du permis de construction.

Pas une solution idéale
Devant la volonté d’inclusion de l’arrondissement, le Comité d’action des citoyennes et citoyens de Verdun (CACV) s’est montré prudent. Marie LeRay organisatrice communautaire, explique que bien qu’il soit grand temps que le développement de condominiums à Verdun prenne en considération le logement social, notamment à l’Île-des-Sœurs , la politique d’inclusion n’est pas non plus une solution idéale, mettant notamment «le développement de logement social […] à la charrette du développement privé.»

«On est dans une situation où les terrains disponibles se font de plus en plus rares et de plus en plus difficile à acquérir pour le milieu», conclue-t-elle.

Terrains en vue
Parallèlement à sa nouvelle stratégie d’inclusion, l’arrondissement de Verdun compte acquérir des terrains afin de développer de nouvelles unités de logements à moindre coûts. Selon le CACV, les élus visent notamment un terrain où était située une ancienne station-service, déjà décontaminé.

Le CACV, en partenariat avec Bâtir mon quartier, effectue également des démarches sur un terrain situé au coin de Godin et Bannantyne.

«L’arrondissement aimerait qu’une épicerie soit construite au rez-de-chaussée, avec des logements sociaux à l’étage, explique Véronique de Broin, agente de développement au CACV. C’est très logique, étant donné que le quartier est considéré comme un désert alimentaire.»

L’arrondissement possède aussi trois emplacements en bordure du boulevard Gaétan-Laberge qui pourraient également servir à la construction de logements sociaux. Toutefois, le niveau important de contamination des terrains a causé plusieurs délais. Le ministère de l’Environnement devrait rendre sa décision sur les derniers plans d’implantation dans les prochaines semaines.

Rappelons que l’arrondissement ne compte actuellement que 1047 logements communautaires et sociaux. Ce nombre représente seulement 5,5 % des unités locatifs, ce qui est nettement moindre que les proportions observées à l’échelle de la ville de Montréal, où le taux est de 10,8 %.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!