Collaboration spéciale Bori qualifie son spectacle pour enfants «Le petit ours gris de la Mauricie» de moment magique.

Peu de gens ont vu le véritable visage de l’artiste Edgar Bori. Mais le 4 décembre à 20h, au Centre culturel de Verdun, c’est sous son vrai jour que les spectateurs pourront applaudir le poète-conteur-interprète Bori, dans le cadre de son spectacle «La dernière répétition».

Pendant une quinzaine d’années, Bori a utilisé une multitude d’artifices afin de cacher son identité. Il a porté le masque, interprété ses chansons en ombres chinoises et a même tourné le dos au public. Son vrai nom, d’ailleurs, demeure à ce jour inconnu.

«Ça m’a permis de choisir mon chemin et d’éviter d’être happé par un succès éphémère mené par l’apparence et l’artifice, explique l’artiste. Bori, le personnage que j’ai créé pour jouer sur scène, évolue donc dans un univers parallèle, loin du star-system, et ça me convient».

Finalement, en 2009, Bori choisit de se démasquer pour la première fois devant un public fidèle au Saguenay. L’expérience s’est avérée concluante puisque depuis, l’histoire se répète.

«Jouer à visage découvert me permet d’aborder des questions et des messages plus durs. Les expressions faciales donnent une autre dimension à mes paroles. J’aime d’autant plus jouer dans des petites salles puisque les spectateurs sont à proximité, et peuvent vraiment percevoir la sincérité des artistes.»

À travers une serrure
Bori présente maintenant un spectacle complètement éclaté, où le public est invité à assister à la dernière grande répétition d’un spectacle multidisciplinaire ou le cirque côtoie le théâtre, la chanson et la poésie.

«On ne s’adresse pas directement aux gens dans le spectacle. On ne les salue pas. C’est comme s’ils assistaient à la répétition à travers le trou d’une serrure, et qu’ils avaient ainsi accès aux dessous plus crus du monde du spectacle.»

À travers toutes sortes de numéros étranges et qui sortent de l’ordinaire, les 11 artistes présents sur scènes passent de la comédie au drame en effleurant des thèmes à portée universelle tels que le passage de l’enfance à l’âge adulte, les peines d’amour et le droit à mourir.

Les interprètes évoluent sur fond de rideau noir, avec très peu d’accessoires et aucun décor. Les éclairages sophistiqués et la musique omniprésente créent toutefois une ambiance bien spéciale.

«Les gens sortent de la salle avec une étincelle dans les yeux. Mon objectif est de déblayer le ciel pour faire rayonner le soleil dans le cœur des gens. Ce spectacle-là nettoie le paysage, j’en suis convaincu», soutient Bori.

Le lendemain, 5 décembre à 14h, Edgar Bori tentera de conquérir le cœur des enfants en racontant et en chantant le conte de Félix Leclerc «Le petit ours gris de la Mauricie», où un bébé ours refuse de suivre les conseils de ses parents qui se préparent pour l’hivernation, et décide de passer la saison froide dans la forêt. Au menu: chansons, jeux de lumières, danses et cirque.

Les laissez-passer pour le spectacle «La dernière répétition» sont disponible au Centre culturel de Verdun au coût de 7$. Le tarif pour le spectacle pour enfants est fixé à 3$. Pour avoir un avant-goût du travail de Bori, visitez bori.com

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!