TC Media - Christine Emond L'indice de vétusté physique de l'école Joseph-Antoine-Théorêt est fixé à 80,6% et son état est classé E, c'est-à-dire très mauvais.

Des travaux débuteront après la fin des classes pour sécuriser les murs de briques de l’école Chanoine-Joseph-Théorêt. Plus d’un mois après la chute d’une brique sur un élève de cinquième année, les parents déplorent la lenteur des travaux et le peu d’investissement dans la réfection du bâtiment.

«La cour est obstruée depuis le mois d’avril et les enfants ne peuvent pas profiter de toute la surface. Qui décide de ne pas réparer mon école?», s’interroge Constantin Fortier, un des membres du comité Je protège mon école publique (JPMEP).

TC Media a appris qu’une enveloppe de 1,5 M$ est prévue pour effectuer les travaux en deux phases. La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), avec un budget de 75 000$, sécurisera certaines parties de la façade après la fin des classes à la fin juin. Les briques délaminées seront remplacées, des filets seront installés à certains endroits, des fenêtres seront calfeutrées et des grillages seront réparés.

On ignore par contre le détail exact des travaux.

La seconde phase de 1,4 M$, dont la majorité sera financée par Québec, s’amorcera à l’été 2017. «Nous parlons de travaux majeurs à ce moment, explique Gina Guillemette, de la CSMB. Ils seront faits pendant les vacances pour ne pas perturber les cours.»

La maçonnerie et les fenêtres seront changées pour tout le bâtiment. Le parement extérieur sera également remplacé.

Tenus dans l’ignorance

Les parents et la direction de Chanoine-Joseph-Théorêt n’étaient pas au courant du futur chantier. M. Fortier soutient que pas plus tard que jeudi, les plans et les échéanciers n’avaient pas été communiqués par la CSMB.

L’école primaire, construite en 1963, est la troisième plus vétuste de la commission scolaire. «L’entretien a été délaissé depuis plusieurs années, mentionne M. Fortier. De ce que je comprends, on attendait un accident avant d’agir», constate le papa de deux élèves.

Pour remettre les lieux dans un état acceptable, il en coûterait plus de 6 M$ selon le rapport de la CSMB. «C’est clair que c’est un problème qui demande beaucoup plus d’attention», constate M. Fortier.

Budget

JPMEP a rencontré le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, le 30 mai, pour présenter sa liste de doléances. «Il semble avoir l’éducation à cœur et il a une vision jusqu’en 2025. Mais à court terme, ce sont les enfants qui payent le prix des 10 dernières années de coupures», explique Constantin Fortier.

Selon le budget 2016-2017 du ministère, 21,6 M$ seront investis dans 92 projets de rénovation de la CSMB. Québec devrait injecter quelque 700 M$ additionnels pour des travaux de réfection des bâtiments d’ici trois ans pour l’ensemble des cinq commissions scolaires de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!