Dieu Nalio Chery / The Associated Press L'ouragan Matthew matraque le sud-ouest d'Haïti.

Après le passage de l’ouragan Matthew qui a coûté la vie à plus de 800 personnes en Haïti, tous se mobilisent pour venir en aide au pays et à sa population: le gouvernement fédéral, la Ville de Montréal, mais également les associations régionales se montrent présents pour ce pays une nouvelle fois marqué par une catastrophe naturelle.

Le réseau des associations régionales du sud d’Haïti appuyé par les élus municipaux Frantz Benjamin et Nathalie Pierre-Antoine, ont dévoilé les mesures qui seront prises lors d’une conférence de presse au local de la Maison d’Haïti.

Ce sont quelque 3 M$ en aide humanitaire initiale de la part du gouvernement fédéral et 60 000$ de la part de la Ville de Montréal qui sont alloués pour soutenir Haïti dans cette rude épreuve.

Le gouvernement du Canada a également déployé l’Équipe canadienne d’évaluation des catastrophes (ECEC) en Haïti pour aider le pays, ainsi que les autres pays concernés de la région touchés par l’ouragan Matthew.

«L’avion du Canada est présent en ce moment avec l’ECEC afin d’évaluer les dommages sur place, explique Roselyne Zamor, attachée politique du député Emmanuel Dubourg. Ils sont là-bas pour offrir les besoins de première nécessité comme des abris, à boire et à manger.»

Une grande amitié

Du côté de la Ville de Montréal, le maire Denis Coderre a décidé de donner  60 000$ pour la population haïtienne. «Les liens qui unissent les deux peuples québécois et haïtiens sont vraiment forts», lance Franz Benjamin, conseiller municipal à la Ville de Montréal. Il était évident selon lui que Montréal aide une nouvelle fois ce pays.

«À chaque fois qu’Haïti est frappé, le Canada a toujours était un des premiers peuples à répondre par la générosité, ajoute-t-il. Denis Coderre dit souvent affectueusement qu’il est le premier maire d’origine haïtienne, car ses liens sont énormes avec la communauté ; il la représenté pendant de longues années comme député fédéral.»

Les associations se mobilisent

De leur côté les associations régionales commencent à se réunir pour faire le bilan de tout ce qui a été détruit au pays, notamment les constructions qu’elles avaient réalisées jusqu’à présent, comme des écoles, des cliniques ou encore des cuisines collectives.

«Tout a été détruit, clame Harry Max Prochette, porte-parole de l’Association de Solidarité Aquinoise, désemparé. Les 40 écoles présentes dans l’arrondissement d’Aquin (ndrl: situé dans le sud d’Haïti) sont répertoriées comme détruites complètement.»

L’association compte alors sur la Croix Rouge pour la phase d’urgence afin d’aider les gens qui n’ont plus d’abris, mais compte de son côté amasser des fonds pour aider à la reconstruction de ces écoles.

«Beaucoup de gens du nord d’Haïti qui n’ont pas été touchés ou bien des gens du Canada nous appellent. Ils sont prêts à contribuer et sont enthousiastes à aider, même s’ils sont bien sûr affectés», ajoute M. Prochette.

Franck Bloncourt de l’Association des gens des Baradères et de ses environs (AGBE) est également sous le choc en apprenant que la ville de Baradères est encore sous l’eau et que 70% des maisons sont endommagés, tout comme les écoles et lycées.

«Les routes sont défoncées, il y a encore des coins où la Croix Rouge et les représentants du gouvernement ne sont pas encore arrivés, lance-t-il. Ce n’est pas faute de volonté, mais c’est faute de moyens, et c’est pour ça que le nombre de victimes augmente.»

«On est loin, il ne faut pas nous oublier»

Marjorie Villefranche, directrice de la Maison d’Haïti, déplore que les endroits les plus reculés soient oubliés: «Il y a souvent des interventions dans les grandes villes, mais il ne faut pas oublier les petits villages excentrés, clame-t-elle. Les gens nous appellent et cherchent leur famille, beaucoup n’ont toujours pas de nouvelles et le bilan est de plus en plus lourd, donc ils craignent vraiment le pire.»

De son côté, Myrian Marotte, directrice des communications pour la Croix Rouge canadienne division du Québec, a annoncé que la Croix Rouge internationale a lancé un appel de fonds pour recueillir environ 9 M$ pour aider à court terme au moins 50 000 personnes touchées directement par l’ouragan Matthews et ses impacts.

«On cherche à rejoindre les gens les plus vulnérables dans les zones les plus reculées de façon à pouvoir leur offrir un soutien immédiat qu’ils ont grandement besoin, lance-t-elle. On reçoit beaucoup d’appel, habituellement la population d’ici soutient très généreusement la Croix Rouge et particulièrement Haïti.»

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus