Emmanuel Delacour/TC Media Un passage pour les piétons est demandé sur l'avenue Henri-Julien, à l'angle de la rue des Carrières.

Une pétition lancée en ligne veut rendre les déplacements à pied entre Rosemont – La Petite-Patrie et Le Plateau – Mont-Royal plus faciles grâce à des passages à niveau le long de la voie du Canadien Pacifique (CP).

Les députés fédéraux Alexandre Boulerice et Hélène Laverdière demandent au ministre des Transports, Marc Garneau, d’intervenir auprès de la compagnie ferroviaire, afin d’installer trois passages qui permettraient aux piétons de traverser le chemin de fer.

En effet, depuis plusieurs années les arrondissements, la Ville de Montréal et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, ont demandé au CP de négocier les termes pour la mise en place de passages piétonniers dans divers projets d’urbanisme, chaque fois sans succès.

«La création de ces passages se ferait afin d’éviter les problèmes de sécurité. Pour l’instant, les piétons utilisent les «lignes de désir», ils passent où ils le peuvent, ce qui n’est pas sécuritaire», souligne M. Boulerice, élu du NPD dans Rosemont – La Petite-Patrie.

À l’occasion de nombreux reportages, TC Media a pu constater que les piétons et les cyclistes ont pris l’habitude de traverser les voies du CP en coupant les clôtures qui les longent de manière à éviter un détour par les viaducs qui assurent les liens nord-sud.

La pétition réclame l’installation de passages sur les rues Cartier et Dandurand, sur l’avenue Henri-Julien et la rue des Carrières et sur les rues St-Dominique et Bernard.

Selon le député montréalais, ces voies piétonnes ne devraient pas causer de problèmes pour la compagnie ferroviaire, puisque l’immobilisation des trains ne durerait qu’une dizaine de minutes à la fois, lorsque viendrait le temps pour les résidents de traverser.

Pour sa part, Mme Laverdière demandera lors des prochaines semaines l’adoption d’une loi modifiant les pouvoirs du ministre des Transports, afin qu’il puisse obliger l’installation de traverses sur les chemins de fer.

«Ironiquement, le ministre ne possède que le pouvoir de les retirer en ce moment», indique M. Boulerice.

Questionné sur le sujet en Chambre des communes, le ministre des Transport a rappelé que la Ville de Montréal était en processus de demande d’arbitrage avec le CP devant l’Office national des transports. «Ça va se régler de cette façon-là. C’est une procédure qui est en place et on va la suivre», a insisté M. Garneau.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus