Arnaud Stopa TC Media 4700 familles pourront bénéficier de l'aide des Maisons-Partage.

Les Magasins-Partage ont lancé mercredi leur opération Sac à dos, qui vient en aide aux familles en vue de la rentrée scolaire.

Jusqu’en fin de semaine, l’organisme distribuera gratuitement dans ses 17 centres répartis dans les arrondissements de Montréal plus de 4700 kits de fournitures scolaires à destination des familles dans le besoin. Une mission d’autant plus importante que la métropole compte les quartiers parmi les plus pauvres de la province.

Les enfants pourront trouver tout le matériel nécessaire pour bien démarrer la rentrée, mais ils pourront aussi obtenir un accompagnement tout au long de leur année scolaire, dans le but de maximiser leur chance de succès.

«C’est important de leur offrir un soutien qui va au-delà des dons. Un enfant doit être actif, et s’il rentre à la maison, qu’il n’a rien à manger et qu’il ne peut pas faire d’activité, c’est un problème. Il faut l’amener vers des ressources où il puisse s’épanouir», a expliqué Sylvie Rochette, cofondatrice et directrice générale du Regroupement Partage.

Les familles pourront aussi se procurer de la nourriture à des prix modiques lors de la cueillette des affaires scolaires. «Ce n’est pas qu’on a besoin d’argent, mais faire payer 10% du prix du marché, c’est une question de dignité», a indiqué Daouda Dia, agent aux relations communautaires de l’association.

«La pauvreté a changé. Il y a 20 ans, on aidait surtout des gens sur l’aide social. Aujourd’hui, on en a encore, mais aussi des parents qui travaillent, souvent au salaire minimum, et qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts.»
Sylvie Rochette, directrice-générale du Regroupement Partage.

Pour la cofondatrice, la solution principale pour endiguer les problématiques de pauvreté en milieu scolaire est d’obtenir une vraie gratuité scolaire. «Ce n’est pas vrai que l’école est gratuite. Les fournitures scolaires coutent entre 150 et 370$ en fonction de l’âge. Sans compter que c’est une mauvaise période pour les finances des familles qui doivent acheter de nouveaux habits avec le changement de saison ou les titres de transport pour les enfants les plus âgés», a décrit la directrice générale.


Collecte de dons

Le 24 aout, le Regroupement Partage ira demander dans la rue des dons aux Montréalais. «Nous devons amasser 45 000$ pour permettre d’aider les enfants inscrits sur nos listes. Si les gens savaient à quoi servait cet argent, c’est sûr qu’ils fouilleront leur fond de poche», a indiqué le porte-parole de l’Opération Sac à dos, Patrick de Bellefeuille.

Réfugiés haïtiens

Avec l’arrivée de réfugiés haïtiens depuis les États-Unis, le Magasin-Partage de Saint-Michel, quartier où se trouve la Maison d’Haïti, doit faire avec l’arrivée d’une nouvelle population dans le besoin. Les inscriptions aux écoles du quartier ont ainsi bondi de 20% depuis le début de l’été. «Les enfants n’ont pas choisi de traverser la frontière, a souligné Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal. Il faut réévaluer leur situation et les scolariser au plus vite afin qu’ils puissent partir du bon pied ici et construire un réseau social qui les amène à réussir.»

Les 10 quartiers au Québec où les enfants sont les plus vulnérables économiquement.

1. Montréal-Nord
2. Saint-Michel
3. Parc-Extension
4. Côte-des-Neiges
5. Saint-Léonard
6. Hochelaga-Maisonneuve
7. Limoilou-Vanier (à Québec)
8. Snowdon
9. Saint-Laurent
10. Pointe-Saint-Charles

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!