Emmanuel Delacour/TC Media Une légère hausse de taxe est à prévoir à Rosemont – La Petite-Patrie en 2018.

Les propriétaires de Rosemont–La Petite-Patrie connaîtront une hausse de taxes en 2018, selon le plus récent exercice budgétaire de l’arrondissement.

Si les citoyens étaient taxés de 0,0440$ pour chaque 100$ de leur valeur immobilière en 2017, ce taux s’élèvera à 0,0533$ pour chaque 100$ l’an prochain.

Ainsi, pour une propriété de valeur moyenne dans le quartier, soit 441 883$, les taxes relatives aux services passeront de 194,41$ à 235,50$, donnant lieu à une augmentation de 41,09$.

Cette taxe permettra à l’administration d’engranger près de 8 711 700$ destinés aux divers services en 2018. Ce montant totalisait 6 948 400$ en 2017.

Adoptée lors d’une séance extraordinaire le jeudi 7 décembre dernier, cette hausse est bien moindre que ce qui avait été préliminairement présenté aux citoyens. En effet, dans la « Présentation des prévisions de revenus et de dépenses », le taux prévu était plutôt de 0,0745 pour 100$.

Le maire de Rosemont–La Petite-Patrie reconnaît que c’est à cause d’un «malaise» par rapport à cette importante augmentation des taxes que l’exercice budgétaire a été retravaillé.

«Nous ne voulions pas imposer une charge fiscale trop importante aux citoyens, nous avons donc envisagé d’autres moyens pour maintenir les services offerts tout en conservant un budget balancé», affirme François W. Croteau.

L’élu confirme que certains projets précédemment prévus pour 2018 seront donc reportés en 2019. Plus de 270 000$ seront aussi pris à même les fonds de réserve de l’arrondissement.

Par ailleurs, M. Croteau souligne le fait que l’arrondissement, qui possède le troisième plus important bassin de population sur le territoire montréalais, a pourtant longtemps dû se contenter de faibles dépenses de fonctionnement par citoyen qui l’ont classé au 18e rang dans ce domaine en 2017. Pour la même année, Rosemont–La Petite-Patrie se trouvait au 17e rang sur les 19 arrondissements de la métropole en ce qui concerne le taux de taxe relative aux services.

«Avoir si longtemps maintenu un taux de taxation aussi faible nous a mis dans une position défavorable lorsque vient le moment de répondre à la demande citoyenne aux services. Entre le recensement de 2011 et celui de 2016, l’arrondissement est passé d’une population de 134 000 à plus de 140 000 habitants», insiste le maire.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!