Emmanuel Delacour/TC Media Le maire a présenté lundi soir les causes de l'importante hausse de taxes dans Rosemont – La Petite-Patrie.

À la suite du dépôt du budget 2018 de la Ville de Montréal et de la projection de la plus forte hausse de taxes dans Rosemont – La Petite-Patrie, le maire François W. Croteau a profité de la séance du conseil d’arrondissement lundi soir pour en expliquer les tenants et aboutissants.

Celui-ci a commencé sa présentation en soulignant que la hausse de 5.6 % des taxes résidentielles n’est pas un «choix discrétionnaire» de son administration, ou de celle de la mairesse Valérie Plante, mais bien le «résultat d’une forte hausse des valeurs foncières» que subit Rosemont – La Petite-Patrie depuis les deux dernières années.

Ainsi, selon les calculs offerts par M. Croteau, son arrondissement est le cinquième plus fort en termes de valeur foncière à Montréal. Seuls les secteurs de Saint-Léonard, du Plateau-Mont-Royal, de Côtes-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce et d’Outremont possèdent une valeur moyenne des résidences plus élevée.

Toutefois, Rosemont – La Petite-Patrie serait au huitième rang où le taux de taxation est le plus bas dans les 19 arrondissements, a poursuivi le maire.

«Si on applique la valeur moyenne d’une maison de Rosemont – La Petite-Patrie, soit
454 000$, au taux de taxation des autres arrondissements, on voit alors que dans Saint-Laurent, Île-Bizard, Villeray, Pierrefonds, Lachine, Sud-Ouest, Hochelaga, Saint-Léonard, Rivière-des-Prairies, Montréal-Nord et Anjou, ça vous coûte plus cher de taxes, a souligné M. Croteau. Dans Anjou et Saint-Léonard, des arrondissements qui sont limitrophes, ça vous coûte 500 $ de plus par année de taxes pour la même valeur de maison.»

L’élu a répété l’exercice dans les villes des couronnes nord et sud de Montréal, afin de démontrer que les taxes foncières n’y étaient pas moins chères. «Pour la même résidence à 454 000$ à Laval, vous payez le même compte de taxes. À Terrebonne, vous payez 1300$ de plus et à Repentigny c’est 1500$ de plus de taxes.»

Pas de frivolités
L’élu a aussi décortiqué l’utilisation des taxes, rappelant que l’arrondissement devait trouver 3.5M$ pour répondre, entre autres, à une hausse des masses salariales de ses employés, à la gestion de postes vacants, aux coûts des abrasifs de rue, à la signalisation et au marquage au sol.

«Tout ceci était payé avec le surplus, la carte de crédit. Ce n’est pas du luxe, ce ne sont pas des frivolités, l’argent va dans les services aux citoyens. On avait le choix de pelleter en avant cette année ou de payer. Et malgré cette hausse, il y a un déficit de 270 000$ à trouver et nous allons tout de même piger dans les surplus», a affirmé M. Croteau.

Questionné sur l’inquiétude dont ont fait part vendredi dernier trois Sociétés de développement commercial (SDC) de Rosemont – La Petite-Patrie concernant la hausse des taxes sur les bâtiments commerciaux, le maire a tenu à se faire rassurant.

«Nous allons rencontrer les dirigeants des SDC pour prendre en compte leur position prochainement. Des sommes ont déjà été préparées pour pallier cette hausse, mais puisque nous sommes entrés au pouvoir il y a deux mois, il nous faudra encore un peu de temps pour mettre en place des programmes», a insisté l’élu.

Ce dernier se dit aussi prêt à revoir avec le comité exécutif les stratégies mises en place pour venir en aide aux artères commerciales qui devront subir des travaux d’infrastructure, comme la Plaza Saint-Hubert. «On pourrait travailler sur des scénarios plus larges», a-t-il conclu.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!