Archives TC Media La construction d'une école dans l'Îlot Angus est espérée par l'Arrondissement et la CSDM, mais ceux-ci ne s'accordent pas sur la stratégie pour l'obtenir.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) et l’Arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie ne s’accordent pas sur la manière d’assurer la construction d’une école sur le site du futur îlot Angus.

En effet, à la suite de l’adoption du projet présenté par la Société de développement Angus (SDA) lors du conseil d’Arrondissement le 12 février dernier, l’administration du maire François W. Croteau a choisi de demander auprès de la Ville de Montréal une mise en réserve foncière sur un lot du terrain à développer, pour que la CSDM puisse le racheter.

Toutefois, selon Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM, celle-ci s’attendait plutôt à ce que Rosemont – La Petite-Patrie procède à changement de zonage sur les lieux. Un lot choisit aurait ainsi passé de zonage industriel vers un zonage scolaire ou institutionnel, y obligeant de la sorte la création d’un établissement dédié à l’éducation.

«La création d’une réserve foncière, ça me semble plutôt compliqué comme concept. Le changement de zonage nous paraît plus sûr. Le projet a été présenté l’automne dernier au ministère [de l’Éducation], mais pour qu’il aboutisse il nous faudra plus qu’un engagement verbal de la part de la SDA», insiste Mme Harel-Bourdon.

Cependant, cette dernière croit que le gouvernement sera attentif à ses demandes de subvention pour l’acquisition d’un terrain et la construction d’une «petite école primaire de 14 classes.»

«On récupère beaucoup de bâtiments excédentaires pour répondre à la population croissante d’élèves à Montréal. Le gouvernement estime lui-même que dans cinq ans, on retrouvera 6 800 enfants de plus dans les classes montréalaises, et ce, sans compter ceux provenant de l’immigration. Le ministre [de l’Éducation] connaît la situation», souligne la présidente de la CSDM.

Celle-ci ne s’est pas avancée sur les coûts liés à la construction d’un tel établissement.

Pour sa part, le maire de Rosemont – La Petite-Patrie assure que la mise en réserve foncière, une fois que le terrain sera séparé en lots, est la meilleure option pour garantir la création d’une école sur le site de l’îlot central Angus dans les plus brefs délais.

«Il s’agit de l’outil le plus efficace qui nous est offert. Dans le meilleur des cas, une école pourrait y être construite dans quatre ans, puisqu’il ne faudrait pas attendre après la SDA pour qu’elle commence ses travaux. L’option de zonage n’est pas assez contraignante. Nous espérons que la CSDM fera preuve de leadership et qu’elle fera les demandes nécessaires auprès du gouvernement pour que le projet d’une école se concrétise», affirme M. Croteau.

Du côté de la SDA, on soutient qu’une réflexion sur la création d’une école dans l’îlot central est bel et bien prévue au projet et on privilégie l’option de la mise en réserve d’un terrain.

«Si on change le zonage, on gèle le terrain. Je ne peux rien développer à cet endroit si le projet d’une école ne passe pas à la CSDM. Que fera-t-on si la commission scolaire ne trouve pas l’argent pour racheter le terrain? Va-t-on garder un terrain vacant pendant 15 ans», affirme perplexe Christian Yaccarini, président de la SDA.

De plus, ce dernier se désole du manque de communication avec la CSDM dans le dossier et affirme même être prêt à faire construire l’école par la SDA.

Une présentation publique sera d’ailleurs offerte le 10 avril prochain par la SDA pour faire connaître les résultats des travaux de son comité et de « focus group » qui se sont précédemment tenus avec les résidents.

L’espace sur lequel la société compte bâtir 86 000 m2 d’édifices résidentiels et commerciaux est délimité par l’avenue du Mont-Royal Est au nord, et par les rues Molson à l’ouest, William‐Tremblay au sud et Augustin-Frigon à l’est. Mitoyen du parc Jean-Duceppe à l’est, le site se trouve à proximité immédiate d’une voie ferrée et d’une emprise du Canadien Pacifique (CP).

L’Office de consultation publique de Montréal s’est montré en faveur de la construction d’une école primaire dans un lot attenant au parc Jean-Duceppe dans son rapport sur le projet publié en juillet 2017. Plusieurs citoyens s’étaient présentés lors de précédentes consultations publiques pour en faire la demande.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!