Archives Metro Lors de période de gel et dégel, des milliers de nids de poule apparaissent dans les rues de la métropole.

Avec la multiplication des épisodes de gel-dégel, les routes montréalaises sont mises à rude épreuve. En raison d’un retard d’investissement par le passé, l’eau s’y infiltre de plus en plus et provoque la destruction de la chaussée.

La Ville de Montréal se dit consciente de cet enjeu et tente de rattraper les erreurs du passé. «Il y a des problématiques tous les ans, mais cet hiver, la météo ne nous aide vraiment pas», avoue Sylvain Ouellet, conseiller du district François-Perrault et responsable des infrastructures au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Comme l’élu, des milliers de Montréalais ont constaté que bon nombre de nos rues s’étaient largement dégradées ces derniers mois, principalement sur les grands axes. Le nouvel épisode de dégel connu fin février ne va rien arranger à cette situation, puisque l’eau qui s’infiltre dans les chaussées vieillissantes risque de geler de nouveau lors d’un prochain épisode de froid et de faire éclater l’asphalte.

«Les nids de poule sont un signe de fin de vie utile, normalement on n’aurait jamais à se rendre à ce stade.»
Guy Doré, professeur au département de génie civil de l’université Laval

La Ville de Montréal a d’ailleurs identifié cette problématique dans son Plan d’adaptation aux changements climatiques de l’agglomération réalisé en 2017. Dans ce document, il est indiqué que les épisodes de gel-dégel ont augmenté de 29% entre 1942 et 2015 ce qui entraîne «l’endommagement des artères et routes urbaines locales du réseau routier montréalais, notamment causé par la dégradation accélérée de la chaussée et l’apparition accrue de nids-de-poule».

Selon Guy Doré, professeur au département de génie civil de l’université Laval, cette situation est la conséquence d’un manque d’investissement et d’entretien dans le passé. «Nos routes ont besoin d’être réhabilitées en profondeur et pas seulement en surface», pense M. Doré.

Du «patchage» en attendant le rattrapage
Or, dans son budget de 7 M$ pour l’entretien des chaussées, la Ville de Montréal dépense encore chaque année en resurfaçage et en réparations d’urgence avec un coût annuel de 3,5 M$ uniquement pour colmater les nids-de-poule.

Elle a toutefois engagé un plan de rattrapage sous l’administration de Denis Coderre que poursuit la mairesse Valérie Plante. En 2017, plus de 280 km de routes ont fait l’objet d’une réfection, mais ce n’est qu’environ 7% du réseau qui compte au-delà de 4 000 km de chaussées.

«En dépit de ces efforts, plusieurs tronçons du réseau demeurent encore en-deçà du niveau de service souhaité. C’est pourquoi la Ville entend continuer d’investir massivement dans le renouvellement de ses infrastructures», indique Marilyne Laroche Corbeil, relationniste à la Ville de Montréal.

«Il va continuer à y avoir du patchage, admet Sylvain Ouellet. Mais ce sera temporaire et si on veut des choses durables, il faut d’abord rattraper ce déficit d’investissement pour maintenir nos infrastructures et éviter que ça coûte trop cher aux Montréalais», précise l’élu qui promet aussi une optimisation des interventions afin de réaliser ces réparations de manière coordonnée avec celles des réseaux d’eau sous-terrains. Il croit que l’agglomération sera en mesure de rattraper le déficit passé d’ici la première moitié des années 2020.

Le professeur Guy Doré estime que le rattrapage, à l’échelle de la province, pourrait s’étirer bien plus longtemps que ça. «Cela prend beaucoup d’argent et beaucoup de travaux. C’est ce que tentent de faire les administrations, mais quand on fait face à un réseau comme celui du Québec, ça prend du temps. Cela va nous donner des résultats dans quelques décennies, mais pas l’année prochaine», préçisant du même souffle que tous ceux qui sont impliqués dans la conception et la gestion des infrastructures sont aujourd’hui conscients de cette nécessité de réfection majeure.

Par ailleurs, en plus de cet engagement à rattraper le retard accumulé, la Ville de Montréal se tourne vers la recherche pour anticiper les changements climatiques afin de mieux maintenir les infrastructures routières et éviter de reproduire les erreurs du passé.

«Si les cycles de gels et de dégels combinés à de la pluie s’accélèrent, ça va devenir compliqué. Nous avons donc des partenariats avec des universités et des chaires de recherche et il va falloir innover dans ce domaine, car les choses risquent d’empirer», fait remarquer Sylvain Ouellet.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!