Emmanuel Delacour Élisabeth Cardin, propriétaire du restaurant Manitoba, Michaël Grégoire, président de l’agence Immersion, Nicolas Cloutier et David Gobeille-Kaufman, cofondateurs de la SDW et Marie-Ève Ferland, cofondatrice de Mile Wright & Co., partenaires de Projet-Ex.

Le festival Projet-Ex sera de retour en septembre dans le Mile-Ex, afin de rassembler une fois de plus les résidents, commerçants et autres acteurs du milieu lors de spectacles et de conférences.

Après une première édition à guichet fermé, les organisateurs de l’événement comptent répéter l’expérience avec une version encore plus large et diversifiée.

«En 2017, nous avons réussi à vendre toutes les 250 places pour les rencontres de Territoire Citoyen et près de 1 500 personnes ont participé au festival. Pour cette édition, nous visons à rassembler entre 3 000 et 5 000 personnes du 6 au 8 septembre», affirme David Gobeille-Kaufman un des cofondateurs de Projet-Ex.

Les activités se dérouleront en trois volets. Tout d’abord, le 6 septembre se tiendra Territoire Citoyen II, dont le thème central sera «de la réflexion à l’action». On y présentera une série de conférences portées par des orateurs impliqués dans des projets qui ont à cœur le changement.

Parmi ceux-ci, Pierre-Philippe Côté, entrepreneur social qui a quitté la ville pour déménager son studio de production audio dans le village de Saint-Adrien. Jozef Spiteri, directeur des partenariats pour le festival Pop Montréal et Nicolas Cournoyer, directeur général de Piknic Electronik, viendront aussi faire un tour pour parler des impacts qu’on eut leurs événements sur l’écosystème culturel de la métropole.

Nouveauté cette année, le symposium de sculptures éphémères Ex Sculptura rassemblera six artistes qui installeront du 7 au 9 septembre des œuvres sur le Chemin Vert Marconi-Alexandra. Les créations seront façonnées à partir de matières recyclées sous le thème du Patrimoine industriel et environnemental.

Enfin, tous les résidents sont invités le samedi 8 septembre à prendre part aux activités du Bruit des arbres, qui inclura un banquet en plein air, un marché public et plusieurs artistes musicaux locaux, dont Ramon Chicharron, Loïc April et Christian Sean.

Rassembler les acteurs locaux
Le plus grand défi lors des prochaines années pour les membres de la Société de développement Waverly (SDW), créateurs de Projet-Ex, sera sans doute d’aller chercher un plus large public et d’assurer une permanence au sein du festival qui en est encore à ses débuts.

«On est revenu en 2018 avec une autre édition pas seulement parce qu’on avait envie d’en faire une de plus, mais bien parce qu’on avait des choses à apporter à la table», insiste Nicolas Cloutier, cofondateur de la SDW.

L’objectif du Projet-Ex est de créer le pont entre les citoyens, les commerçants, les entrepreneurs et les membres du milieu communautaire dans le secteur Marcomi-Alexandra, selon les organisateurs. Y a-t-il des leçons à tirer de la précédente édition?

«Plusieurs personnes qui vivent dans le quartier ont participé aux conférences l’an dernier, mais pas assez à notre avis. D’ici l’an prochain ont croit pouvoir aller chercher plus de résidents», souligne M. Gobeille-Kaufman.

Ce dernier insiste que le festival se veut être surtout une courroie de transmission entre les acteurs du milieu, dans un quartier qui évolue rapidement avec la venue d’importants laboratoires de recherche en intelligence artificielle et du Campus des sciences de l’Université de Montréal.

«On reste attentif à ce que les gens ont à dire, on ne pose pas de jugement, on veut simplement garder le dialogue ouvert», affirme-t-il.

Pour toute la programmation de Projet-Ex: projetex.ca

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!