Gracieuseté. Festival d'art multidisciplinaire, SOIR offre des spectacles, expositions et projections à ses visiteurs.

Après avoir débuté dans La Petite-Patrie en 2016, le festival SOIR fait désormais des vagues ailleurs dans la métropole et propose une fois de plus un plus grand nombre d’artistes alternatifs et de la relève.

Ainsi, ce sera plus d’une soixantaine d’expositions, de courts métrages, de spectacles de musique et de performances d’arts vivants qui prendra d’assaut la rue Beaubien, dans une vingtaine de commerces situés entre la Plaza St-Hubert et le boulevard Saint-Laurent le 10 août prochain.

Les organisateurs de l’événement, Catherine Bilodeau et Thomas Bourdon, désirent plus que jamais pousser l’enveloppe de l’expérimentation et de la nouveauté pour cette troisième édition.

Ainsi, si les spectacles musicaux ont toujours leur place dans le festival, ce sont les arts visuels et vivants qui sont mis à l’honneur cette année.

«Ça vaut vraiment la peine d’essayer d’aller voir tout. C’est possible de se promener durant la soirée et de passer dans chacun des commerces pour voir les installations», insiste M. Bourdon.

Des performances inusitées, telles que Hunger Paint, qui se veut un genre de fusion entre la peinture en direct et la lutte professionnelle, fracassent les concepts artistiques. «Il s’agit d’un match entre peintres, mais au lieu de combattre (avec leurs poings), ils utilisent leurs pinceaux pour créer une œuvre», explique Mme Bilodeau.

Nouveauté pour 2018, mini-soir, une programmation jeunesse pensée pour la famille, sera offerte le 11 août à l’Église Saint-Édouard.

Expansion et expérimentation
Pour la première fois l’événement se déplaçait dans le Plateau-Mont-Royal, le 22 juin dernier, ajoutant un troisième lieu au festival qui sera aussi présenté dans le quartier Hochelaga le 31 août prochain.

«On pense probablement s’étendre encore plus, mais pour ce qui est de Montréal, je crois qu’on a atteint le maximum pour l’instant, confie Mme Bilodeau. Les artistes sont différents, d’autres reviennent entre les quartiers, mais notre objectif c’est surtout de représenter la diversité du milieu artistique à Montréal.»

«Certaines personnes voyagent d’un quartier à l’autre pour comparer les différentes éditions et on trouvent ça intéressant», affirme M. Bourdon.

Selon ce dernier, la rue Beaubien restera toujours un lieu d’expérimentation au sein du festival. «On peut y essayer de nouvelles choses pour SOIR, parce que c’est là qu’on a commencé. Ce n’est pas toujours parfait, mais on s’assure que les événements gardent une certaine qualité», insiste-t-il.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!