Archives

La création de nouvelles classes dans Rosemont – La Petite-Patrie demeure une priorité pour la Commission scolaire de Montréal (CSDM) qui a récemment présenté une liste de projets d’ajout d’espaces au Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES).

Dans ce document rassemblant 18 plans d’agrandissement, de conversion d’espaces vacants et de reprise d’immeubles excédentaires, deux projets se retrouvent dans l’arrondissement, soit l’École Saint-Jean-Vianney et la future école prévue dans le secteur Angus.

Le coût préliminaire de l’agrandissement du premier établissement s’élève à 14 M$, tandis que la construction de la seconde école totalise 18 M$, selon les estimations de la CSDM.

Toutefois, rien ne garantit que la CSDM recevra des suites à ces deux demandes, puisque de nombreuses d’entre-elles font un retour récurrent sur cette liste envoyée annuellement au MEES depuis maintenant huit ans.

En effet, la conversion d’espaces vacants en classes dans l’ancienne école Cardinal-Newman, située au 4835, avenue Christophe-Colomb, est présentée pour la quatrième fois au ministère, confirme la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon.

«Chaque année, nous réussissons à faire approuver deux ou trois projets. Si nos demandes sont entendues, ce nombre devrait s’élever à six, sept ou huit projets cette fois-ci», indique-t-elle.

En effet, la présidente de la commission scolaire voudrait que le MEES double le montant annuel pour agrandir son parc immobilier. Celui-ci s’élève entre 50 M$ et 60 M$ actuellement, et la CSDM vise donc qu’il atteigne entre 100 M$ et 120 M$.

«Sur huit arrondissements couverts par la CSDM, cinq présente des situations très préoccupantes en ce qui a trait à la surpopulation des classes. Ceci inclut Rosemont – La Petite-Patrie, Mercier – Hochelaga – Maisonneuve, Ahuntsic-Cartierville, Notre-Dame-de-Grâce – Côte-des-Neiges et Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension», souligne Mme Harel Bourdon.

Ainsi, l’École Saint-Jean-de-la-Lande, située dans le Vieux-Rosemont, qui a récemment été reprise des mains du milieu communautaire pour y réinstaurer des écoliers, déborde déjà, et des classes modulaires ont été nécessaires. Même scénario à Saint-Albert-le-Grand, où ces annexes préfabriquées ont été ajoutées, rappelle Mme Harel Bourdon.

Des élections ancrées dans l’éducation
Malgré tout, la présidente de la CSDM reste optimiste quant à la réceptivité du gouvernement et des citoyens concernant les enjeux de surpopulation des classes.

«En comparant aux dernières élections il y a quatre ans, jamais nous n’avons reçu autant de demandes de la part des médias afin de commenter ce dossier», affirme Mme Harel Bourdon.

Si la publication de la liste des demandes de la CSDM auprès du MEES coïncide avec le début de la campagne électorale, il s’agit bien d’un hasard, insiste-t-elle. Cependant, la présidente se réjouit du fait que tous les candidats de Rosemont placent l’éducation comme enjeu prioritaire dans la circonscription.

«Les citoyens ont bien fait comprendre que c’était important pour eux. Après tout, c’est dans Rosemont que le mouvement Je protège mon école publique a pris racines», souligne-t-elle.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!