Gracieuseté Des milliers de personnes ont pris part à l'événement Viaduc 375 du 3 au 8 octobre 2017.

Quel sera l’avenir du viaduc Van Horne? Cette structure de béton permet aux automobilistes de transiter entre les arrondissements de Rosemont–La Petite-Patrie et du Plateau-Mont-Royal et est convoitée par plusieurs organismes de son milieu.

C’est sur ce sujet que veulent se pencher les créateurs de Viaduc 375 le 13 novembre prochain.

L’événement avait rassemblé à peu près 4000 personnes lors d’une longue fin de semaine en octobre 2017. L’infrastructure fut alors transformée en parc surélevé grâce à la piétonnisation de la moitié de ses voies. Des visites guidées, des spectacles et des discussions y avaient été organisés et de l’aménagement urbain y fut installé.

Un peu plus d’un an après l’expérience, Mémoire du Mile-End et Les Amis du Champ des Possibles veulent dresser un bilan de cette intervention en «urbanisme tactique» et pousser le dialogue avec les citoyens sur ce qui pourrait être fait avec le pont.

«Sur les 182 personnes qui ont répondu à un sondage sur place et en ligne, plus de 95% d’entre elles se sont dites en faveur d’une reconduction de l’événement, que ce soit toutes les fins de semaine, une fois l’an ou durant tout l’été», souligne Alice Miquet, cofondatrice de Viaduc 375 et porte-parole pour l’organisme Mémoire du Mile-End.

Si la venue d’une deuxième édition est dans l’air, le collectif devra se trouver du financement et du temps pour l’organiser, puisque tous ses intervenants y investissent leurs efforts de façon bénévole. Des discussions sont en cours avec l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, afin de parvenir à une entente, selon Mme Miquet.

Celle-ci affirme que les installations temporaires mises en place en 2017 ont su transformer la vision des citoyens par rapport aux possibilités qu’offre l’infrastructure. «Il y avait plein d’enfants qui couraient le long des 650 mètres de voies libérées par la piétonnisation. C’est rare d’avoir autant d’espace pour jouer dans le secteur sans risquer de se faire frapper par un véhicule, et je crois que cela a marqué les gens», insiste-t-elle.

De plus, l’annonce de l’administration Plante de reporter la démolition de la structure dans dix ans donne une chance aux acteurs du milieu de repenser son rôle dans le quartier. La venue du secteur Bellechasse, important chantier du nouveau garage de la Société de transport de Montréal qui pourrait ouvrir la porte à la construction de nouveaux logements dans le coin, devrait aussi être prise en compte dans la réflexion, croit Mme Miquet.

Le 13 novembre prochain, une soirée de discussion sera offerte aux citoyens qui voudront revisiter cette expérience et poursuivre la réflexion. La rencontre se tiendra à l’espace du Temps libre Mile End, situé au 5605, avenue de Gaspé.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!