Emmanuel Delacour Ce sont 561 shoebox qui se trouvent dans Rosemont – La Petite-Patrie, selon le dénombrement de l'Arrondissement.

Le règlement visant la préservation des maisons shoebox ne sera pas déposé en décembre, comme il était prévu au calendrier de l’Arrondissement.

En effet, après la tenue d’une consultation publique le 17 octobre dernier et plusieurs discussions avec des propriétaires, les élus ont décidé de reporter à 2019 les prochaines lectures du projet de règlement. Celui-ci a pour objectif de mieux protéger de ces demeures d’architecture «modeste» contre les démolitions à outrance et la prospection immobilière.

«Cela nous permettra d’améliorer la façon de présenter les mesures d’encadrement que nous désirons instaurer. Nous allons prendre en compte les commentaires des citoyens et le mémoire présenté ceux-ci lors de la consultation dans le souci de bien faire les choses. C’est important parce qu’il s’agit d’un dossier complexe», souligne Christine Gosselin, conseillère de ville de Rosemont – La Petite-Patrie et responsable en matière d’urbanisme.

Au lieu d’une adoption finale en décembre 2018, celle-ci vise plutôt un dépôt du nouveau règlement à l’hiver 2019, afin que les propriétaires voulant procéder à des rénovations sur leur domicile puissent le faire dès ce printemps.

«Une bonne nouvelle»
Pour Wilfried Cordeau, porte-parole pour le groupe citoyen des propriétaires de shoebox de Rosemont – La Petite-Patrie, le report du règlement est une «bonne nouvelle».

«Cela signifie que l’arrondissement a entendu les points que nous avons apportés à la table. Reste à savoir si cela mènera à une refonte du règlement qui nous avait été présenté à la première lecture», insiste ce dernier.

Selon M. Cordeau, plusieurs aspects de l’encadrement et de son processus présentent des accrocs, incluant la classification des 561 maisons shoebox sur le territoire de Rosemont  – La Petite-Patrie.

Effectivement, selon l’administration plus de 85 % d’entre elles contiennent des caractéristiques patrimoniales d’intérêt moyen ou élevé, ce qui pourrait mener à un resserrement des règles en matière de rénovation et de démolition pour leurs propriétaires.

Or, d’après M. Cordeau, plusieurs incohérences ont été soulevées par les propriétaires dans cette classification, qui est trop large à son avis.

«Aussi, plus de 60 % des maisons sont touchés par la proposition d’imposer un retrait d’un mètre par rapport à la façade lors de la construction d’un deuxième étage, ce qui rend ce genre de projet problématique pour plusieurs propriétaires. Ça devient presque impossible de bâtir un deuxième logement et un escalier extérieur dans ces conditions», ajoute M. Cordeau.

Lors du conseil d’Arrondissement du 5 novembre, les élus ont confirmé que la deuxième lecture du règlement était reportée dans deux mois. De plus, l’administration entend la mise en place d’un comité ad-hoc, constitué d’experts en patrimoine, de propriétaires et d’autres spécialistes en dehors de l’Arrondissement, afin d’évaluer les demandes et questions déposées lors de la consultation publique.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!