Collaboration spéciale Michel Pinault La Place de Castelnau compte sept accotoirs pour les passants, des terrasses et des portes d’entrée décorées du slogan «Vivre Place de Castelnau».

Même si près de 3200 personnes passent chaque jour sur les trottoirs de la Place de Castelnau, des commerçants du secteur demandent le retrait de l’espace public, après avoir remarqué une baisse de leur chiffre d’affaires et une diminution de l’accessibilité à leur entreprise.

Depuis que la Place a été inaugurée, en 2015, un sens unique en direction ouest a dû être instauré, des rues Drolet à Saint-Dominique, en plus du retrait de 11 places de stationnement. Des décisions qui ont fait mal à des entrepreneurs du secteur.

À la dernière séance du conseil d’arrondissement, certains d’entre eux sont allés faire part de leurs commentaires aux élus.

«Qu’est-ce qu’il faut faire pour qu’on retire la Place de Castelnau?», a demandé d’emblée Mourad Romdhane, propriétaire du bistro l’Enchanteur.

Selon M. Romdhane, les espaces de stationnement en moins nuisent beaucoup à l’achalandage des commerces.

«Cela parait dans nos ventes», a-t-il souligné.

Yanick Belzile, propriétaire de la chocolaterie Chocobel, est allé dans le même sens.

«C’est un projet qui nous a été imposés, dans le sens que tout était pratiquement décidé quand on nous a consulté pour obtenir notre avis, a mentionné le chocolatier. Comme j’ai beaucoup de clients qui ne résident pas dans le quartier, les places de stationnement en moins sont un problème pour moi.»

«Depuis l’inauguration, on a fait avec, on a participé, mais on commence à se rendre compte que certaines choses nous freinent», a continué M. Belzile.
Selon une étude réalisée en 2015 par l’arrondissement auprès d’une dizaine de commerçants de la Place de Castelnau, tous étaient satisfaits de leur chiffre d’affaires avant le projet.

Après l’implantation de la Place, seulement une personne sur deux s’est dite de moyennement à peu satisfaite. Pour ce qui a trait à l’accessibilité des commerces, 87% ont qualifié leur installation d’accessible à très accessible avant l’implantation du projet de piétonnisation partielle. Au cours de l’initiative, la proportion est tombée à 22%.

Sondage à venir
Pour sa part, la conseillère de Villeray, Elsie Lefebvre, a souligné que les commentaires qu’elle reçoit sur la Place de Castelnau sont en général plutôt positifs.

«Je ne suis pas fermée à l’idée de m’asseoir avec les commerçants pour voir comment on peut améliorer les choses, mais la Place de Castelnau est là pour rester, a-t-elle mentionné. C’est un projet porteur, auquel je crois beaucoup.»

Selon elle, l’espace public a permis d’augmenter considérablement le nombre de piétons et de cyclistes sur la rue.

«Je ne crois pas que les 11 places de stationnement en moins peuvent faire une grosse différence, a-t-elle poursuivi. Par exemple, la rue Sainte-Catherine, dans le Village, est piétonnière en entier et je ne crois pas que ce soit un problème pour les commerces autour.»

La mairesse de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Anie Samson, a de son côté mentionné que l’achalandage cette année lui avait semblé moins important que celui de l’été dernier.

«Je passe par là tous les jours et à première vue, j’ai l’impression qu’il y a moins de gens qui s’y rendent, a évoqué la mairesse. Je m’engage à mettre en place un sondage d’opinion, qui sera fait de porte en porte dans un secteur délimité, afin de connaître l’opinion des gens sur la Place de Castelnau.»

Après la tenue de ce sondage, Mme Samson estime qu’une rencontre pourra être effectuée avec les commerçants, pour en discuter.

«C’est un beau projet, mais donnons-nous le temps de le vivre», a-t-elle conclu.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!