TC Media / Marie-Pier Gagné La Commission scolaire English-Montréal souhaitait vendre le terrain du parc-école Sinclair Laird pour y construire une garderie.

La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) ne vendra pas le terrain du parc-école Sinclair Laird pour y construire une garderie. La mobilisation citoyenne aura porté ses fruits dans ce dossier.

Souhaitant agrandir ses locaux, la garderie «La Maison Montessori», située à l’intersection de la rue Jarry et de l’avenue de l’Épée, était à la recherche d’un terrain vacant, pour y construire un bâtiment neuf.

Ciblé par les promoteurs, le terrain du parc-école Sinclair Laird, qui appartient à la CSEM, a récemment fait l’objet de pourparlers.

Au début du mois d’octobre, la commission scolaire a finalement décidé d’abandonner les démarches.

«Nous avons décidé d’écouter la volonté des parents et nous ne souhaitons plus vendre le terrain du parc Sinclair Laird», a confirmé le porte-parole de la CSEM, Michael Cohen, à TC Media.

Unanimes
Une assemblée publique a eu lieu le 26 septembre, afin de discuter avec les parents de l’école de la possibilité de troquer l’un des rares espaces verts du quartier en chantier.

«Nous avons proposé deux options et avons demandé aux parents de voter, a expliqué M. Cohen. C’était soit que l’on continuait les discussions avec le promoteur et qu’on utilisait les revenus de la vente du terrain pour faire des travaux dans la section du parc qui n’était pas touchée, ou que l’on abandonnait complètement le projet.»

Des 34 parents présents, tous ont opté pour laisser tomber l’idée.

«La totalité des parents a voulu que le terrain du parc-école demeure un espace vert, qui pourra profiter autant aux élèves qu’à la communauté de Parc-Extension», a continué le porte-parole de la CSEM.

À la séance du Conseil des commissaires du 28 septembre, l’administration de l’école a dévoilé les résultats du sondage présenté aux parents.

Il a par la suite été convenu de mettre un terme au processus de vente.

Parents satisfaits
Des parents qui se sont mobilisés pour empêcher le projet se réjouissent du dénouement.

«On a travaillé super fort pour en arriver là, a souligné la citoyenne Lesley Selwood, instigatrice d’une pétition de 500 signatures. On espérait que la CSEM prendrait en considération l’opinion des parents. On a gagné. Je suis vraiment contente qu’on préserve le parc, pour le bien-être de tous les enfants et citoyens du quartier.»

«Il s’agit là d’une grande victoire de la mobilisation citoyenne et de la démocratie participative», a pour sa part affirmé la citoyenne Valérie Bloch.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus