Josie Desmarais/Métro

Le développement commercial, l’économie collaborative et la gestion des contrats ont été les thématiques au cœur du débat des candidats à la chefferie de Projet Montréal, qui s’est tenu mardi à l’Espace Passerelle, dans Villeray.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes pour assister au débat opposant Valérie Plante, François Limoges et Guillaume Lavoie. La soirée s’est déroulée calmement, les candidats partageant plusieurs points de vue similaires.

Le débat s’est ouvert sur la question de la dynamisation des artères commerciales locales.

«C’est tellement important pour moi de soutenir les petits commerçants, a mentionné d’emblée Valérie Plante, conseillère dans Ville-Marie. Et pour les soutenir, il faut leur proposer des idées.»

Parmi ces idées, Mme Plante propose de diminuer la taxe pour les petits commerçants, une idée aussi partagée par ses collègues.

«Ce serait une bonne idée de transférer le fardeau fiscal aux plus gros commerçants, qui sont capables de l’avaler, a affirmé Guillaume Lavoie, conseiller dans Rosemont–La Petite-Patrie. Il faut être sensible à leur réalité et aux difficultés qu’ils rencontrent quotidiennement.»

Les longs travaux effectués par la Ville qui nuisent au commerce local ont aussi fait partie des discussions. Le cas des travaux sur la rue Jarry a d’ailleurs été souligné.

«Je crois qu’il serait bien de penser à diminuer les taxes des commerces, lorsque des travaux ont lieu à proximité de leurs locaux», a proposé Valérie Plante.

«C’est évident qu’il faut écouter les commerçants locaux, il faut être sensible à leur cause», a ajouté François Limoges, conseiller de Rosemont–La Petite-Patrie.

Économie collaborative
Les candidats ont ensuite eu à se prononcer sur l’économie collaborative (AirBnB, Uber, etc.) et sur la manière de l’appliquer pour améliorer la qualité de vie des Montréalais.

François Limoges a ouvert le bal en mentionnant que pour lui, il s’agissait simplement «de la prolongation des petites annonces».

«Je sais que cela a du potentiel, je sais que c’est quelque chose qui existe, a-t-il souligné. Toutefois, il faut voir comment on peut réglementer cela pour que ce soit profitable pour tous.»

Tous se sont d’ailleurs entendus pour dire qu’une réglementation à ce sujet doit être émise.

Guillaume Lavoie a de son côté mentionné que l’économie collaborative pouvait contribuer à rendre la ville plus productive et plus durable.

«Une de mes idées serait de mettre les 900 voitures des inspecteurs de la Ville à la disposition du public le soir, a-t-il évoqué. Cela pourrait aider à diminuer la congestion, entre autres.»

Pour sa part, Valérie Plante a avoué qu’il s’agissait pour elle d’un sujet préoccupant.

«Je crois qu’il faut encourager ce type d’économie, mais il faut remodeler un peu le concept», a-t-elle affirmé.

Gestion des contrats
Le débat s’est clos avec une discussion autour de la gestion des contrats.

«Il y a des choses qui n’ont pas de sens dans l’administration actuelle et l’une d’entre elles, que je déplore souvent, c’est le fait qu’on nous remet une brique de documents explicatifs cinq minutes avant un vote d’un contrat de 100M$. On n’a même pas le temps de lire. On vote à l’aveugle. C’est aberrant», a fait valoir le candidat Lavoie.

Les deux autres candidats se sont dits d’accord avec leur collègue.

Il a aussi été proposé d’octroyer moins de contrats à l’externe et de revoir simplement la manière de les attribuer. «À force de vouloir moins cher, on obtient aussi ce qui vaut le moins cher. Il faut y voir», ont conclu les candidats.

Le nouveau chef du parti sera choisi le 4 décembre par ses membres.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus