Arnaud Stopa TC Media Le Centre de loisirs communautaires Lajeunesse cédera sa place à une école en 2020.

Le Centre de loisirs communautaires Lajeunesse (CLCL) dans Villeray devra faire ses bagages. La Commission scolaire de Montréal (CSDM), propriétaire de la bâtisse souhaite réinvestir les lieux pour ouvrir une nouvelle école.

En raison des changements démographiques du quartier, le secteur manque déjà de 20 classes primaires et cela perdurera jusqu’en 2020. C’est pourquoi la CSDM souhaite récupérer l’ancienne école Holy Family d’ici là.

«L’immeuble est situé dans la section du quartier où se pose le problème de notre capacité d’accueil, a indiqué Kenneth George, commissaire scolaire, dans une lettre du 8 mai à destination des conseils d’établissement. Ajoutons qu’il serait quelque peu curieux d’acheter et construire ailleurs et de ne pas exploiter cet immeuble qui est déjà la propriété de la CSDM.»

Pour le Centre de loisirs communautaires Lajeunesse, installé depuis 1989 dans ces lieux, c’est un coup dur. «Il ne s’agit pas seulement de nous relocaliser, mais aussi les huit autres organismes et de recréer un milieu de vie unique dans le quartier,» a dit Émilie Leroy, directrice générale, qui ouvre ses locaux à plus de 300 organismes des environs.

L’organisme, qui sous-loue ses locaux à la Ville de Montréal, locataire de la CSDM, comprend l’intérêt que suscite le lieu. «Ce bâtiment vaut de l’or, il n’a pas d’amiante ni de moisissures, puisqu’il a été entretenu avec soin par nous et la Ville.»

Les premières impressions passées, la directrice souhaite dorénavant trouver une solution pour se reloger dans le quartier et participer au groupe de discussion que mettra en place l’arrondissement. «Si ce milieu de vie doit mourir, c’est tout le tissu social de Villeray qui est détruit. Mon objectif est maintenant de garder ce qui existe et de l’améliorer.»

Toutefois, elle a balayé du revers de la main toute autre solution. «Si c’est pour se faire mettre dans un sous-sol d’église ou qu’on se divise en plusieurs points de services, c’est non.»

Kenneth George est attaché au maintien de l’organisme dans le quartier et s’associe au centre communautaire pour trouver une solution, comme la conversion d’une église ou un établissement dans l’Hôpital chinois. Mais l’ouverture d’une nouvelle école reste prioritaire.

Hôpital chinois

Car l’organisme, qui accueille dans ses locaux plus de 220 000 personnes par an, lorgne en effet sur ce bâtiment à l’abandon au coin de Saint-Denis et Faillon depuis 1999 pour déplacer ses activités.

Appartenant au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal, il pourrait faire l’objet d’une transformation, à condition que la mairie se penche dessus. «On est en période électorale, la mairesse Anie Samson a tout à gagner à se saisir du dossier et donner un nouveau lieu à la communauté.»

L’élue a indiqué pour sa part que le site est le seul bâtiment qui répondrait aux besoins, mais qu’il est prématuré d’envisager un projet. «C’est rempli d’amiante. Il faudra démolir et reconstruire et nous n’avons pas les 35M$ nécessaires à l’opération. Mais nous avons trois ans devant nous pour trouver une solution novatrice.»

La conseillère de ville de Villeray, Elsie Lefebvre, demande à ce que Montréal et Québec agissent dans le dossier.«L’éducation est une priorité, mais il faut s’assurer de la pérennité du centre communautaire. Ils doivent mettre un chantier de revitalisation de l’Hôpital chinois dans les meilleurs délais, l’abandon de cet immeuble a assez duré.»

Autres pistes

D’autres solutions ont été présentées par la CSDM aux conseils d’établissement, toutes jugées moins adaptées. Ainsi l’achat ou la location d’églises «suppose des négociations avec le diocèse […], un processus plus complexe et plus long.» La CSDM préfèrerait que ce soit la mairie qui s’occupe de telles négociations pour arranger les organismes communautaires.

L’achat de l’école Saint-Raphaël, qui appartient à l’English Montréal School Board «poserait des problèmes quant à la sécurité des enfants» qui devraient traverser le boulevard Crémazie.

La construction d’un étage supplémentaire aux écoles déjà existantes a déjà fait l’objet d’une analyse par la CSDM. Mais une nouvelle fois, la reprise de l’école Holy Family serait préférable, en raison des couts possibles et des inconvénients lors des travaux.

La suite

Le comité de quartier, qui compte les directions et conseils d’établissement de Villeray, a donné son aval lundi dernier à la reprise de l’école. Il faudra toutefois attendre décembre pour que la CSDM se positionne sur ce sujet, après une période de consultation publique de six mois. À ce moment, une demande de fonds au ministère de l’Éducation sera faite, ce dernier rendra sa décision mi 2018 pour une ouverture à la rentrée 2020 dans les meilleurs délais.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!