Audrey Gauthier/TC Media La plaque commémorative a été inaugurée le 1er août par des élus et organismes

Une nouvelle plaque commémorative a fait son apparition à la Casa D’Italia afin de mettre en lumière l’apport des travailleurs migrants italiens dans le pays.

Le gouvernement du Canada a tenu à souligner l’importance historique nationale de ces travailleurs qui ont joué un rôle important dans le développement économique et social du Canada au début du XXe siècle.

«Nous rendons hommage au travail et aux sacrifices de ces Italiens», souligne Filippo Lonardo, vice-consul d’Italie.

«Cette plaque est un symbole que la communauté italienne a su si bien s’intégrer au Canada», affirme Roberto Colavecchio, président du Congrès national Italo-Canadiens.

L’immigration
Dès 1880, une première vague d’immigrants italiens s’installent au Canada afin de fuir la détérioration de la situation économique en Italie. L’économie florissante en Amérique du Nord devient alléchante pour cette population qui décide de venir au pays et d’y trouver un emploi provisoire.

Ils deviennent alors une main-d’œuvre dominante, notamment dans la construction de chemins de fer, la fabrication d’acier et l’exploitation minière.

De la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, environ 199 770 Italiens sont entrés au Canada. 80% d’entre eux étaient des travailleurs immigrants saisonniers temporaires. Avec l’arrivée de la Première Guerre mondiale, plus de 100 000 Italiens décident de rester.

«La communauté italienne a fait une contribution phénoménale au Canada. Ce n’est pas seulement Saint-Léonard qui ne serait pas la même aujourd’hui, mais tout le Canada», lance le ministre de la Sécurité publique, des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et ministre responsable de la région de Montréal, Martin Coiteux.

«Le Canada est meilleure grâce à la contribution des Canadiens-Italiens» – Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique, des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et ministre responsable de la région de Montréal.

Ces migrations ont donné naissance aux nombreuses Petites Italies et communautés italo-canadiennes qu’on trouve partout au pays.

«L’histoire des migrants est notre histoire. Aujourd’hui, il y a une plaque sur un mur. Nous marquons à jamais les mémoires, alors que chaque brique de nos bâtiments a été posée à la sueur du front de ces migrants», indique Angelo Iacono, député d’Alfred-Pellan, au nom de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, Catherine McKenna.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!